Barbara Pravi: «C’est épuisant d’être moi»

DR
DR

Depuis le temps qu’on la compare à Piaf, Barbara Pravi a fini par se prendre pour un oiseau. Un volatile forcément exotique, dont le ramage n’égale que le plumage et qui entend bien ne laisser rien ni personne l’empêcher d’aller plus haut. Là où, peut-être, on peut enfin se libérer de la gravité de la vie et de tout ce qui plombe nos brèves existences, nous enferme loin des autres autant que loin de nous. C’est pourquoi, à quelques mois d’une deuxième place remportée de haute main lors du Concours Eurovision, Barbara Pravi en reste convaincue : « On n’enferme pas les oiseaux...

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€5€ pour 1 mois
(sans engagement de durée contractuelle)
J'en profite
1€ pour 24h
 
J'achète