Pays-Bas: le gouvernement autorise l’héritière du trône à épouser une femme

BELGAIMAGE-178940596
La princesse Amalia (au centre), entourée de la famille royale @BelgaImage

C’est un cas unique dans l’histoire des monarchies européennes. Ce mercredi, le Premier ministre néerlandais, Mark Rutte, a dû trancher sur une question inédite: est-il possible d’organiser le mariage homosexuel de l’héritière du trône des Pays-Bas, Catharina-Amalia (ou tout simplement Amalia), fille aînée du roi Willem-Alexander ? Et sa réponse, c’est oui. Puis des parlementaires ont interrogé le gouvernement sur un autre point: est-ce que la princesse pourra garder son droit au trône et qu’arriverait-il après elle ?

Une question à moitié réglée

Pour la question des droits d’Amalia à succéder à son père, Mark Rutte est très clair. « Le cabinet ne voit pas pourquoi un descendant ou un souverain devrait abdiquer si il ou elle souhaite épouser une personne du même sexe », explique-t-il. Quant à l’ordre de succession des enfants nés d’un mariage homosexuel, la question est renvoyée à plus tard, le gouvernement de Mark Rutte étant démissionnaire et le Parlement étant amené à se prononcer sur l’affaire. Seule précision à ce propos: la Constitution des Pays-Bas déclare sur la succession au trône qu’elle appartient à un « descendant légitime ».

En parallèle de cette affaire, Belga a voulu savoir ce qu’il en serait s’il arrivait la même chose en Belgique, où il faut l’autorisation du Roi et du gouvernement pour qu’un héritier du trône se marie tout en gardant ses droits à la couronne. Le Premier ministre belge, Alexander De Croo, affirme qu’à titre personnel, il ne verrait aucun problème à accepter un mariage royal homosexuel.

 
  • François Chladiuk (à gauche) en compagnie de Walter Littlemoon venu tout spécialement à Lyon pour l’inauguration de l’expo.

    François Chladiuk, l’ami des Sioux

    Ce Belge possède une exceptionnelle collection de pièces indiennes historiques, exposée actuellement dans un musée de Lyon.

  • La fashion victim porte des vêtements à la mode, même s’ils ne sont pas beaux, accumule souvent de manière compulsive des articles et peut aller au contraire de la saison.

    De la fashion victim au feutre

    Dans un livre aussi dense qu’une garde-robe qui déborde, Martine Magnin et Mathilde de Jamblinne nous parlent chiffons avec passion. Extraits.

  • Face aux témoignage, Éliane Deschamps a toujours nié les accusations d’emprise.

    La gouroue qui voyait la Vierge

    En France, Éliane Deschamps se retrouve devant la justice pour abus de faiblesse. Elle a martyrisé les adeptes du groupe « Amour et miséricorde ».