Une grande marche d’Halloween tourne au fiasco dans la province de Liège (vidéo)

Image d’illustration - BelgaImage
Image d’illustration - BelgaImage

Les personnes venues faire cette marche d’Halloween parlent d’une escroquerie, l’organisateur se défend. Que s’est-il passé dans la nuit du 31 octobre dans les bois de Lierneux, dans la province de Liège ?

Pour la soirée d’Halloween, Seven Radio organisait une soirée spéciale avec un concept simple, se promener la nuit tombée dans les bois avec simplement un flambeau pour s'éclairer. Le directeur de la radio, Raphaël Warny avait aussi prévu des figurants sur le parcours pour animer la balade. Ainsi, les personnes auraient dû voir 150 animateurs dont des cracheurs de feu et des échasseurs comme le rapporte La Meuse et RTL Info. Oui mais voilà, tout ne s’est pas passé comme prévu.

Publicité mensongère ?

Parmi les 4.000 personnes qui se sont rendues au point de rendez-vous, beaucoup affirment avoir passé des heures à attendre sous la pluie sur un parking. La Meuse rapporte que certains n’ont même pas vu le parcours alors qu’ils avaient payé leur entrée. Sur les réseaux sociaux, les témoignages en colère continuent d’arriver. Beaucoup demandent un remboursement et pointe du doigt le manque d’animations sur le parcours. « Je veux un remboursement car c’est une grosse publicité mensongère  ! » écrit un internaute.

Il semblerait que le bourgmestre, André Samray s’y soit aussi rendu : « Je m’y rendais en famille. Finalement j’aurai tout vu, sauf le parcours. Il a fallu gérer ce qui ressemblait à une désorganisation générale. Je pense que l’organisation a été dépassée par les événements » a-t-il déclaré à La Meuse.

Lâché par ses navettes

Pour l’organisateur, tout était pourtant prévu et organisé. Le problème viendrait des deux navettes qui ont quitté le parcours alors que des marcheurs devaient encore être conduits. Raphaël Warny explique : « Tout était organisé de manière professionnelle. (...) Mais nous avons vécu un gros souci avec nos deux navettes qui ont décidé de quitter le site en pleine soirée alors qu’elles devaient emmener les marcheurs du parking vers le site trois kilomètres plus loin. Tout le monde était mouillé, les esprits se sont échauffés et les conducteurs de navette nous ont expliqué avoir été agressés verbalement. C’est cette démission de notre partenaire avec qui tout était réglé financièrement qui a créé de la pagaille. Je ne compte pas en rester là. Une action judiciaire sera entamée ».

Pour aider face à cette déroute, le bourgmestre est venu en aide en faisant parvenir un bus communal pour prendre le relais sur ces navettes absentes. Cependant, les nerfs ne sont pas calmés pour autant. Les participants insistent qu’il n’y avait pas autant d’animation que prévu. « Il n’y avait pas plus de 20 figurants sur les 150 annoncés » estime l’un des marcheurs.

Raphaël Warny réfléchit à une solution et explique ne pas savoir encore si les participants seront remboursés. Il assure qu’il n’a quasiement pas fait de bénéfice à cause des frais d’animation.