Accueil Actu Soirmag

Témoignage: kidnappée à la naissance

Coline Fanon a été victime d’un sordide trafic d’enfants au Guatemala dans les années 80 et adoptée en Belgique.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au Soirmag Temps de lecture: 6 min

Dans un livre poignant, elle nous dévoile son combat pour la vérité. Une histoire qui débute le 7 novembre 1986, à 9.000 km de notre plat pays. Deux jours après la naissance de Mariela, les autorités guatémaltèques annoncent à ses parents qu’elle n’a pas survécu aux fortes fièvres qui l’affaiblissaient. Son corps est enterré dans une fosse commune, avec les cadavres du conflit armé qui fait rage dans le pays cruellement dirigé par Mejía Victores. Pendant trois longues décennies, les parents de sang de Mariela élèvent le reste de la fratrie dans le souvenir déchirant de ce nouveau-né disparu bien trop tôt. Côté belge, une version différente est vendue au couple d’Ardennais qui accueille, un an plus tard, la petite… Coline. Sa mère « de ventre », très pauvre, l’a cédée « noblement » à l’adoption pour lui assurer un futur stable. Coline et Mariela sont une seule et même personne : une victime du trafic d’enfants opéré par les plus hautes sphères du Guatemala dans les années 80. Cette vérité, Coline Fanon ne l’a comprise qu’en 2017.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Aussi en Société

Le salaire des candidates de Miss France divise

Plusieurs candidates de Miss France ont révélé ce que la production leur avait versé comme salaire. Famélique pour certains, suffisant pour d’autres voir déjà trop. Les avis divergent.

Voir plus d'articles

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs