Un manchot retrouvé en Nouvelle-Zélande après un voyage de 3.000km depuis l’Antarctique

Image d’illustration - BelgaImage
Image d’illustration - BelgaImage

C’était une rencontre inattendue pour les habitants d’une île au Sud de la Nouvelle-Zélande. Un manchot Adélie, qui vit normalement en Antarctique, a été retrouvé sur une plage de Nouvelle-Zélande après un voyage de 3.000 kilomètres, rapportent les médias locaux. Le manchot a été découvert mercredi sur la plage de Birdlings Flat, dans une petite communauté de l’île du Sud de la Nouvelle-Zélande.

Comme l’animal est vulnérable notamment vis-à-vis des chiens, les résidents locaux ont avisé un vétérinaire. Thomas Stracke, employé dans un refuge pour pingouins des environs a confié dans les médias locaux avoir été « très surpris » en réalisant que le nouveau venu était un manchot Adélie. « L’animal a vraisemblablement dévié de sa trajectoire », selon M. Stracke.

Le manchot était sous-alimenté et déshydraté et a donc bénéficié d’un smoothie au poisson. Il sera relâché dans une zone où il ne peut être pris à partie par des chiens. D’autres espèces de pingouins acclimatés à des températures plus élevées vivent ailleurs en Nouvelle-Zélande.

Selon le professeur de zoologie Philip Seddon de l’université d’Otago, cité par The Guardian, il est « très rare » que ce type de manchot soit signalé dans le pays. Il fait la comparaison avec « un canari dans une mine de charbon », qui peut être le signe avant-coureur d’un dérèglement. Cependant, il n’a pas connaissance d’autres signaux de danger pour la population de manchots Adélie en Antarctique.