Thomas Pesquet confie des anecdotes de son retour sur Terre

BelgaImage
BelgaImage

Le visage un peu rougi et moins rond que sur les photos de lui qu’il pouvait partager depuis l’espace, Thomas Pesquet a fait son grand retour sur Terre. L’astronaute français qui a partagé pendant près de six mois ce qu’il pouvait se passer dans l’ISS, a donné une conférence de presse ce vendredi 12 novembre.

Lors de sa conférence de presse Thomas Pesquet est revenu sur de nombreux aspects de sa mission spatiale, les conditions du voyage mais aussi les résultats des expériences menées, notamment sur des blobs. L’astronaute est revenu sur ses sorties extravéhiculaires impressionnantes. Thomas Pesquet est actuellement à Cologne en Allemagne pour être suivi par une équipe médicale pour assurer la bonne réadaptation de son corps après des mois sans gravité mais aussi pour étudier les réactions du corps humain à l’absence de gravité. « On a des prélèvements à faire qui se font dès qu’on touche Terre, avant qu’on ait commencé à se réhabituer à l’environnement terrestre. » a-t-il expliqué.

Retrouver la douche

Thomas Pesquet s’est très vite confié à l’assemblée : « Mine de rien, ce n’est pas si facile de retourner dans la vie normale quand on a passé six mois dans la station spatiale ». Pendant la conférence de presse, les questions ont fusé pour l’astronaute qui a finalement glissé quelques anecdotes. À la question « Qu’est-ce qui vous a marqué à votre retour ? », l’astronaute répond que de nouveau prendre une douche avec la gravité a été une expérience surprenante. « D’avoir ces gouttes qui coulent dans le même sens, où toutes les gouttelettes sont parfaitement parallèles, on a une impression de surnaturel, d’être dans Matrix » s’est-il remémoré. Mais il admet aussi que de nouveau sentir l’eau chaude couler sur lui était là une sensation qui lui avait fait très plaisir.

Utiliser de nouveau la voiture

Mais tout ne sera pas que plaisir pour l’astronaute maintenant qu’il est retour. Remettre les pieds sur Terre implique aussi de retrouver les responsabilités terriblement banales de la vie quotidienne comme de réaliser le contrôle technique de sa voiture et « d’autres choses très matérielles auxquelles je n’échappe pas » a-t-il glissé. L’astronaute a tout de même confié qu’il souhaitait prendre des vacances bien méritées. Rester six mois dans l’espace fut en effet très intense avec des expériences et des procédures à appliquer tous les jours.

Enfin Thomas Pesquet confie aussi un autre aspect du dur retour à la réalité qui a eu lieu lors de sa précédente mission. L’astronaute s’est en effet retrouvé coincé dans un embouteillage. Thomas Pesquet confie : « C’était une expérience fantasmagorique pour moi. Je me disais, « mais qu’est-ce que je fais là dans une voiture avec 3000 autres personnes autour de moi. Il y a deux jours j’étais dans une station spatiale » ».

Thomas Pesquet a aussi glissé quelques détails de sa vie spatiale. Il a d’ailleurs remarqué qu’il rêvait en apesanteur lorsqu’il était dans l’espace : « Les rares fois où j’ai rêvé à bord de la Station, c’était en apesanteur. Ça se passait avec les règles de l’environnement physique dans lequel je me trouvais ».

En tant que commandant de bord de l’ISS, l’astronaute a eu à charge d’accompagner et de superviser l’arrivée de deux astronautes non-professionnels russes pour un tournage. « Ce n’était pas des professionnels, mais au final ça s’est très bien passé. On s’est mis d’accord gentiment mais fermement sur les règles. Il se trouve qu’ils ont été très pros et que ça s’est très bien passé » a-t-il déclaré.