Des parents dédommagés pour «famille trop nombreuse» après une erreur dans l’implantation d’un embryon

BelgaImage
BelgaImage

L’hôpital universitaire UZ Brussel doit payer des indemnités à un couple espagnol en raison d’une erreur dans l’implantation d’un embryon, rapporte mercredi les journaux De Standaard et Het Nieuwsblad. Le bébé né de cet embryon devait pouvoir offrir une greffe de moelle osseuse au premier enfant du couple mais les médecins ont implanté par erreur un autre embryon, et des jumeaux non compatibles avec leur frère sont nés.

Cette décision pose question notamment parce que « pour la première fois, un enfant en bonne santé est considéré comme un élément de perte », écrit De Standaard.

La mère a dû à nouveau tomber enceinte pour qu’un des enfants soit compatible avec l’aîné. Les parents se sont alors tournés vers la justice pour demander réparation. Cette dernière a condamné l’hôpital à leur verser des dédommagements, notamment parce que la greffe destinée à l’aîné a pris du retard. La famille a reçu une indemnisation pour « famille trop nombreuse ». Le couple ne souhaitait que deux enfants mais en ont finalement eu quatre.

Un verdict à rebours

Le quatrième enfant du couple, né en 2018, s’est révélé compatible. Toutefois, les parents ont été dédommagés car l’arrivée de ce quatrième bébé a été difficile financièrement. La famille a par exemple dû déménager dans un logement plus grand. « Ce verdict va à rebours d’un jugement émis par la Cour de cassation, stipulant qu’il ne peut être question de dommage lorsqu’un enfant en bonne santé naît », a commenté la juriste Fien De Meyer, de l’Université d’Anvers.