Accueil Actu Soirmag

Pendant l’enterrement de la journaliste tuée par une opération israélienne, le cortège a été chargé par la police (vidéo)

Des milliers de Palestiniens ont enterré vendredi à Jérusalem Shireen Abu Akleh, l’une de leurs journalistes vedettes tuée au cours d’une opération israélienne. Les funérailles ont été marquées par une charge de la police israélienne au départ du cortège funèbre, incident largement critiqué.

Temps de lecture: 3 min

L’Union européenne a condamné « l’usage disproportionné de la force et le comportement irrespectueux de la police israélienne à l’encontre des participants au cortège funèbre », selon son chef de la diplomatie Josep Borrell. Du côté de Washington, « nous avons été profondément troublés de voir les images de l’intrusion de la police israélienne au sein du cortège funéraire » de la journaliste, a dit le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken dans un communiqué.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, s’est dit lui aussi « profondément troublé » par le comportement « de certains policiers » israéliens, et son « trouble » concerne également les « affrontements entre les forces de sécurité israéliennes et les Palestiniens rassemblés à l’hôpital Saint-Joseph », a indiqué un porte-parole, Farhan Haq.

À la sortie du cercueil de cet hôpital à Jérusalem-Est, secteur palestinien de la ville occupé et annexé par l’Etat hébreu, la police israélienne a fait irruption dans l’enceinte de l’établissement et tenté de disperser une foule brandissant des drapeaux palestiniens.

Le cercueil a failli tomber des mains des porteurs bousculés par des policiers mais a été rattrapé in extremis, selon des images retransmises par des télévisions locales qui montrent également les policiers faisant usage de matraques.

Des « chants nationalistes »

« Si vous n’arrêtez pas ces chants nationalistes, nous devrons vous disperser en utilisant la force et nous empêcherons les funérailles d’avoir lieu », a déclaré dans un mégaphone un policier israélien en direction de la foule, selon une vidéo diffusée par la police. D’après le Croissant-Rouge palestinien, 33 personnes ont été blessées lors des funérailles. La police israélienne a fait état de six arrestations.

Mercredi, la journaliste américano-palestinienne d’Al Jazeera, la TV du Qatar, a été tuée d’une balle dans la tête alors qu’elle couvrait un raid militaire israélien dans le camp de réfugiés de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967. Elle portait un gilet pare-balles siglé « presse » et un casque de reportage.

Ce meurtre a suscité dans la nuit de vendredi à samedi une déclaration unanime du Conseil de sécurité de l’ONU, qui l’a « fermement condamné ». Initiée par les États-Unis, cette très rare position unanime du Conseil de sécurité sur un sujet concernant Israël réclame aussi « une enquête immédiate, approfondie, transparente et impartiale » sur ce meurtre. Elle souligne « la nécessité de garantir une mise en responsabilité » de son ou ses auteurs, selon le texte obtenu par l’AFP.

Dans un premier temps, Israël a affirmé qu’elle avait « probablement » succombé à un tir palestinien. Mais l’État hébreu a ensuite dit ne pas écarter que la balle ait été tirée par ses soldats. L’Autorité palestinienne, Al Jazeera et le gouvernement du Qatar ont accusé l’armée israélienne de l’avoir tuée.

Notre sélection vidéo
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

À la Une