Accueil Édito

La chute, enfin!

L’édito de Marc Pasteger.

Article réservé aux abonnés
Rédacteur en chef Temps de lecture: 2 min

Alors que, voici quelques jours encore, il se voyait demeurer au poste de Premier ministre pour de longues années, Boris Johnson a été forcé de renoncer à son job. Les pressions à l’intérieur comme à l’extérieur de son parti étaient devenues trop fortes. « BoJo », qui a traversé bien des tempêtes, pensait ne plus être à une près. Et c’est peut-être là que réside le mystère : comment cet homme n’est-il pas tombé plus tôt ? Car depuis trois ans qu’il s’était emparé du Tory Party et avait franchi le seuil du 10 Downing Street, Boris Johnson a collectionné les scandales : ses appartements privés refaits à grands frais satisfaisant les goûts de luxe de sa compagne, Carrie Symonds (surnommée « Carrie Antoinette »), les nombreuses fêtes organisées en plein confinement, ses vacances dans une villa de milliardaire ou, ces derniers jours, ses « oublis » concernant Chris Pincher, responsable adjoint du vote au parti conservateur, accusé d’avoir agressé sexuellement deux hommes dans un club.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Aussi en Édito

Voir plus d'articles

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs