Accueil Actu Soirmag

Estimé à 2.000 euros, son banal vase chinois est finalement adjugé à 9 millions d'euros: «C'est une histoire insensée» (vidéo)

La propriétaire d'un vase chinois a vu son prix s'envoler aux enchères à plus de 9 millions d'euros. Ce vase était proposé par la maison Osenat à Fontainebleau près de Paris, parmi une collection de mobilier et d'objets d'art divers.

Temps de lecture: 2 min

Rien ne s’est passé comme prévu ce samedi 1er octobre lors d’une enchère organisée par la maison Osenat à Fontainebleau, près de Paris. Un vase chinois qui valait 2.000 euros a affolé les compteurs et a vu son prix atteindre plus de 9 millions d’euros.

« C'est une histoire insensée », a affirmé le commissaire-priseur Jean-Pierre Osenat. La vendeuse, qui habite dans un territoire d'Outre-Mer, a hérité de ce vase par sa mère. L'objet était dans la famille depuis plusieurs générations.

Le vase de 54 cm de hauteur et 40 cm de diamètre, a une forme Tianqiuping et est constitué de porcelaine et d’émaux polychromes. Il possède des dessins de dragons et de nuages.

Son siècle n’a pas été estimé, mais selon les experts l’objet est relativement banal s’il date du XXe siècle. En revanche, il est extrêmement rare s’il est du XVIIe siècle et pourrait expliquer le prix d’achat.

La vente a donné lieu à une bataille d’enchères entre 20 à 30 enchérisseurs et c’est finalement un acheteur chinois qui l’a remportée. « Les Chinois sont passionnés par leur histoire et sont fiers de reprendre leur patrimoine. Je pense que ce vase n’est pas destiné à être caché des regards, mais exposé dans un musée », selon Cédric Laborde le cadre de la maison d’enchères.

La vendeuse a été surprise de voir son vase partir pour une si grande somme d’argent. « Elle aurait pu le vendre à l’antiquaire du coin. C’est une belle histoire pour cette dame, et pour mon métier, pour le principe même de la vente publique », a conlu Cédric Laborde.

Notre sélection vidéo
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

À la Une