Accueil Soirmag Histoire

Le rouge cinabre, sulfureux et sulfurique

Petite histoire pigmentée des couleurs.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Nous y sommes ! En ce début du mois de février, un ouragan de cœurs rouge intense ou rose poudré a retourné les commerces, aussi divers soient-ils. Se mouvant dangereusement sur le fil séparant le bon du mauvais goût, la Saint-Valentin du XXIe siècle a bien envoyé valser les poèmes et autres délicatesses pour ne proposer aux couples que des babioles carmin en ce jour célébrant l’amour. Cependant, si le rouge est la couleur de la passion, alors le vermillon véritable, ou plutôt le rouge « cinabre », est son incarnation la plus flamboyante. Ce pigment, connu depuis le Néolithique, a écrit une histoire aussi riche, nuancée – et même terrifiante – que sa teinte est éclatante.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Aussi en Histoire

Voir plus d'articles

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs