Accueil Actu Soirmag

Le «portail» installé entre New York et Dublin est déjà devenu le théâtre de scènes dérangeantes

Un artiste a voulu tenter l’expérience d’un « portail » reliant New York et Dublin, comme cela avait déjà été fait entre deux autres villes européennes.

Temps de lecture: 2 min

Le « portail » installé entre Dublin et New York ne se déroule pas si bien que prévu. Depuis le 8 mai, les New-Yorkais et les Dublinois peuvent se voir et interagir à travers un « portail » qui est en réalité un écran placé dans chacune des villes. Sur l’écran, les passants peuvent suivre un live stream, diffusé 24 heures et 24.

L’initiative est celle de l'artiste lituanien Benediktas Gylys, qui avait déjà mené l’expérience entre Vilnius et Lublin en 2021. Mais cette fois-ci, il semble bien que les Dublinois et les New Yorkais n’ont pas envie de se montrer que des douceurs.

Depuis son installation, le « portail » est devenu viral sur les réseaux sociaux à cause des nombreuses scènes dérangeantes qui ont été observées. Doigts d’honneur, personnes ivres qui se frottent à l’écran, les passants ont presque tout vu, même les fesses d’un homme à Dublin. Les choses sont allées encore plus loin quand un Irlandais a décidé de montrer son téléphone qui diffusait un film pornographique.

La police doit donc être vigilante sur ce qu’il se passe devant les écrans, d’autant que des enfants peuvent très souvent passer devant ce « portail ».

L’effet de désinhibition en ligne

Le Huffpost est allé à la rencontre du psychologue John Suler pour comprendre ce phénomène, celui de la « désinhibition en ligne ». Les personnes ont tendance à agir différemment lorsqu’elles sont en ligne, se sentant souvent invisibles ou du moins anonymes. Elles se permettent donc des gestes vulgaires voire répréhensibles.

Dublin a annoncé à la BBC que des « solutions techniques » seront mises en place pour mettre fin à ces comportements. L’installation doit rester jusqu’à l’automne prochain avant de s’exporter dans d’autres villes.

Retrouvez plus d’actualités sur www.soirmag.be et sur Facebook.

Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

À la Une