27 mai 1610: exécution de François Ravaillac

isopix
isopix

C’est dans d’atroces souffrances que meurt François Ravaillac, 13 jours après Henri IV qu’il a tué dans son carrosse. En ce jour de mai 1610, ce solitaire déséquilibré sujet aux visions est torturé face à une foule furieuse qu’on ait tué son roi. Déjà l’homme a subi 17 séances de torture censées lui faire avouer le nom de ses complices. Mais sur la place de Grève, devant des Parisiens déchaînés, il subit le pire. Sa main droite est brûlée, ses mamelles, bras, cuisses et gras des jambes sont tenaillés, ses plaies enduites de plomb fondu, soufre et poix bouillante. Le tout est suivi par une séance d’écartèlement entre 4 chevaux. D’une forte constitution, Ravaillac résiste à la souffrance - il faudra changer un des chevaux épuisé de tant tirer - et l’homme ne meurt qu’après une journée de torture ! Une fois le régicide mort, les membres de son corps sont brûlés, réduits en cendres et jetés au vent.

Ravaillac est un meurtrier illuminé ; il a tué sur ordre de Dieu ! Le créateur en personne lui aurait ordonné de tuer Henri IV car le roi n’a pas converti les protestants français. Pire, il a décidé d’envahir les Pays-Bas espagnols, ce qui attestait de son opposition au pape.

La famille de Ravaillac pâtit aussi de cette folie. Ses parents sont forcés à l’exil sous peine de mort et ses frères et sœurs contraints à changer de nom sous peine de mort.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern