Accueil Actu Stars

Stromae: «Sans mon frère, je me serais suicidé»

Le chanteur belge revient sur les terribles effets secondaires de l’antipaludique Lariam.

Temps de lecture: 2 min

Début septembre, le chanteur belge Stromae affirmait dans les colonnes de l’hebdomadaire Marianne être encore victime d’effets secondaires, deux ans après un traitement anti-paludisme au Lariam. Ce médicament peut provoquer des troubles cognitifs parfois graves, comme des hallucinations ou de la confusion mentale. En 2015, le chanteur avait été, souvenez-vous, rapatrié d’urgence et avait dû annuler deux concerts au Congo, suite à une mauvaise réaction à ce traitement.

Un film de Bernard Crutzen avec la voix de Juliette Binoche

Dans un documentaire inédit intitulé « Malaria Business » et diffusé le 29 novembre prochain sur France Ô, Stromae raconte les horribles conséquences de ce médicament antipaludique.

« J’ai subi des effets secondaires du Lariam. Ça m’est arrivé en juin 2015. C’était dans le cadre de ma tournée en Afrique. J’étais stressé, j’étais épuisé. Tout prédisposé à péter un plomb, ça c’était sûr, mais l’accélérateur c’était le Lariam. Pendant les concerts, je ne m’en rendais pas compte, on n’a pas le recul. C’est de la paranoïa, c’est plein de trucs », explique le chanteur, dans un extrait publié sur le site de PurePeople.

Fort heureusement, Stromae a pu compter sur le soutien de son épouse mais surtout de son petit frère Luc Junior, qui travaille à ses côtés : « Mon frère a eu le déclic. Il s’est rendu compte qu’il y avait un truc qui n’allait pas. Et je pense que s’il n’avait pas été là, je me serais sans doute suicidé cette nuit-là. Ça, c’est sûr. Je pèse bien mes mots quand je vous dis ça. S’il n’avait pas été là, je ne pense pas que je pourrais vous parler aujourd’hui ».

Notre sélection vidéo

Aussi en Stars

Voir plus d'articles

À la Une