Accueil Actu Soirmag

Les sapins de Noël, le secteur sévèrement touché par la canicule

À en croire un spécialiste, l’offre pourrait être supérieure à la demande si la pluie n’arrive pas rapidement.

Temps de lecture: 2 min

Et s’il n’y avait pas assez de sapins en décembre, lors des fêtes de Noël ? C’est en tout cas la crainte des pépiniéristes ardennais. La sécheresse que connaît actuellement le territoire belge pourrait avoir de solides répercussions sur ce secteur qui joue son année au mois de décembre. Et comme le note la RTBF, les plantations de sapin ne ressemblent pas, à l’heure actuelle, aux vastes étendues vertes que l’on s’imagine. « La pousse est retardée, les plantes flétries et parfois brûlées sur pied », écrivent nos confrères.

Du retard à prévoir

Résultat, la situation inquiète les pépiniéristes. Pour la RTBF, Jonathan Rigaux, dans le métier depuis 20 ans, constate « des pépinières où on a entre 15 et 25 % (…) d’arbres qui sont morts, donc des petites plantes qui sont rousses, des arbres qui ont fait une croissance printanière et qui ont brûlé par après ». S’il ne pleut pas durant le mois d’août, il craint que 10 à 15 % des stocks soient inutilisables à Noël.

Un sévère manque à gagner pour le secteur. Mais nous n’en sommes encore pas là. Si la situation est compliquée, elle n’est pas encore désespérée. S’il pleut, les pépiniéristes devraient avoir suffisamment de sapins pour combler les attentes de ses clients. Il faudra juste adapter la logistique : « On sera en retard au niveau des plannings de la logistique et de l’organisation générale de la saison », convient Jonathan Rigaux. En somme : que la canicule cesse et qu’il pleuve. Vite.

Notre sélection vidéo
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

À la Une