En proie aux addictions, Ed Sheeran se confie sur sa lutte contre la boulimie et l’alcoolisme

BelgaImage
BelgaImage

Ed Sheeran le sait, il a ce qu’il appelle lui-même une « personnalité tres addictive ». Après plus d’un mois d’absence auprès du grand public, le chanteur multi-récompensé a accordé une interview dans laquelle il a évoqué, en marge du sommet « Hay House Chasing the Present », les addictions contre lesquelles il se doit de lutter. Une période a particulièrement marqué sa vie : son point le plus « bas », connu en 2015 alors qu’il effectuait la tournée de son album « X », comme le pointe le Huffington Post.

L’artiste de 29 ans détaille : « Je restais debout et je buvais toute la nuit. Les bus se garaient sous les arènes et je dormais dans le bus toute la journée, puis je me réveillais et je sortais, je faisais le concert, je buvais et je remontais dans le bus. Je n’ai pas vu la lumière du soleil pendant quatre mois ». Un comportement addictif qu’Ed Sheeran tente d’expliquer par le fait qu’il ne fait jamais les choses à moitié :

« Je suis couvert de tatouages et je ne fais pas les choses à moitié, a-t-il ajouté. Si je dois boire, je ne vois pas l’intérêt de prendre un verre de vin. Je préfère avoir deux bouteilles de vin. (...) Au début, c’est un jeu et un plaisir. C’est du rock and roll et c’est amusant, et puis ça devient triste. Donc je pense que j’étais probablement au plus bas à ce moment ».

Comme Elton John

Pour contrer ces addictions, Ed Sheeran a pu compter sur le soutien de sa femme, Cherry Seaborn, qui l’a convaincu de prendre le pas d’une vie plus saine : « Elle fait beaucoup d’exercice, alors j’ai commencé à faire de la course à pied avec elle. Elle ne boit pas beaucoup, donc je ne buvais pas. Je pense que tout cela a changé les choses ». S’il estime aujourd’hui aller mieux et s’il a décidé de prendre une pause musicale depuis décembre 2019, Ed Sheeran trouve quelques similitudes entre son tempérament et celui d’une autre icône de la musique, Elton John :

« Il disait ‘J’allais juste manger une glace et quatre putains de desserts jusqu’à ce que je vomisse’, et moi je me disais ‘Oh, j’ai déjà fait ça avant’. Ou ses beuveries de martini, où il veut voir combien de martinis il peut boire. Et je me suis dit : ‘Moi aussi, j’ai déjà fait ça avant’ ».

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern