Pokémon Go responsable de nombreux accidents de la route selon une étude

Pokémon Go responsable de nombreux accidents de la route selon une étude
BelgaImage

Est-ce que les dresseurs de Pokémon ont leurs yeux un peu trop rivés sur leurs téléphones, au point de se mettre en danger ? La réponse est oui d’après une étude de l’université de Purdue, dans l’Indiana. Les auteurs ont passé en revue les accidents attribués à l’utilisation de l’application mobile Pokémon Go et leurs conclusions sont sans appel.

Un résultat accablant

D’après leurs recherches, aux alentours des Pokéstops, qui sont dans le jeu des points d’intérêt où les dresseurs obtiennent des objets, il y a eu une augmentation « disproportionnée » du nombre d’accidents de la route. En examinant par exemple 12.000 rapports d’accidents d’un comté de l’Indiana, l’arrivée des Pokéstops lors du lancement de l’application aurait provoqué un excédent de 134 accidents supplémentaires. Logiquement, ce serait le fait d’être focalisé sur son téléphone à ce moment-là qui en serait la cause.

Les chercheurs ont ensuite tenté d’estimer le coût économique de leurs constatations. Si on additionne les coûts matériels, les vies perdues, l’augmentation des cotisations des assurances, etc., l’étude aboutit à une estimation de 22 milliards de dollars (soit 18,14 milliards d’euros). Autrement dit, c’est bien plus que le bénéfice en chiffre d’affaires généré par l’application (qui est de 3,3 milliards d’euros).

Pour contrer ce phénomène, le gérant de Pokémon Go, Niantic, a déjà mis en place un blocage de l’application lorsqu’un mouvement en voiture était détecté. Il espère ainsi décourager l’utilisation du téléphone au volant.

 
  • Verviers: la peur du lendemain

    La Vesdre coule paisiblement. Les débris qui la bordent rappellent le traumatisme vécu une semaine plus tôt.

    Dévastée par la Vesdre, l’ancienne cité lainière pleure ses morts, compte ses sinistrés et se prépare aux crises à venir.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • Ostéoporose, la menace silencieuse

    L’analyse densitométrique permet de détecter l’ostéoporose efficacement.

    Responsable d’une fracture toutes les vingt secondes dans le monde, elle frappe surtout les femmes. Nos conseils pour la prévenir... ou la freiner.