Harry Potter existe et il est Anglais

E_u-Ps3WEAAUe37
Capture d’écran Twitter

Pour ceux qui voudraient rencontrer Harry Potter, c’est simple : il habite à Waterlooville, au sud de l’Angleterre, dans la banlieue de Portsmouth. Aujourd’hui âgé de 33 ans, il vient de décider de vendre un objet qui lui est tient très à cœur. Non, il ne s’agit pas d’un balai de quidditch mais d’une édition rare du roman “Harry Potter à l'école des sorciers”. Un exemplaire acheté par son père directement après sa sortie. L’occasion pour lui de raconter sa propre histoire, bouleversée par la sortie de la série ultra-populaire.

« J’ai dû supporter beaucoup de commentaires »

Harry Potter vit une enfance parfaitement normale jusqu’au jour où J. K. Rowling sort son fameux bouquin en 1997. « Papa avait entendu le nom de Harry Potter mentionné sur Radio 2 et, lorsqu’il a réalisé qu’il s’agissait d’un livre pour enfants primé et non de son fils de huit ans, il s’est rendu directement à la librairie Bay Tree de Waterlooville et a acheté un exemplaire », raconte à Hampshire Live la sœur d’Harry, Katie (car oui, Harry Potter n’est pas enfant unique).

Depuis, le jeune garçon ne cesse de se faire remarquer pour son nom, même si certains croient d’abord à une blague, y compris celle qui deviendra sa femme, Phillippa. « Les gens ne me croient pas ! Quand j’étais jeune footballeur, un arbitre a menacé de me donner un carton rouge parce que j’avais dit que mon nom était Harry Potter », explique l’homme de 33 ans, aujourd’hui père de trois enfants. « J’ai dû supporter beaucoup de commentaires au fil des ans, mais on s’y habitue ».

Récemment, son père est décédé et le rêve de la famille, c’est d’envoyer ses cendres en Afrique. Mais pour cela, il faut de l’argent. C’est de là qu’est venue l’idée de vendre l’exemplaire d’« Harry Potter à l'école des sorciers ». « Nous pensons que c’est le moment d’utiliser cet argent pour aider nos familles et faire quelque chose que notre père voulait », confie Harry. Manifestement, cela deviendra possible. Non seulement cet exemplaire a une histoire particulière, vu son propriétaire, mais il a aussi toutes les caractéristiques de la version d’origine éditée à 500 exemplaires (dont 300 sont aujourd’hui en bibliothèque ou dans des écoles). Des différences infimes, comme le numéro d’édition noté “10 9 8 7 6 5 4 3 2 1". En octobre 2020, un de ces rares livres s’est vendu à 75.000 £ (87.400€) chez Hansons. Harry Potter a déposé le sien dans cette même maison de vente et il se pourrait bien que cette somme soit dépassée. Le bouquin sera mis en vente le 7 octobre à un prix indicatif compris entre 20.000 et 30.000 £ (environ 23.300 et 34.960 €).

 
  • Un million de ménages belges payent trop cher leur électricité et/ou leur gaz, faute de choisir le meilleur contrat. En cette période de hausse, un maître-mot: comparer!

    Énergie: économisez 500 euros

    Avec la hausse des prix, c’est le moment de regarder son contrat de près. Et d’opter pour des formules moins chères.

  • Les «balades sauvages» permettent de découvrir et reconnaître les plantes comestibles.

    Ces plantes sauvages comestibles

    Les plantes sauvages sont souvent considérées comme de mauvaises herbes. Elles sont pourtant comestibles dans 9 cas sur 10 !

  • À la côte belge, des caméras intelligentes installées par Westtoer mesuraient l’affluence en pleine crise du Covid-19.

    Big Brother, même pendant son jogging

    Dans un parc de Louvain, des caméras scrutent les activités sportives des citoyens. Cette nouvelle initiative interpelle : jusqu’où va la surveillance des Belges ?