Film sur Gauguin: Vincent Cassel relativise la pédophilie du peintre

PhotoNews
PhotoNews

Vincent Cassel incarne le célèbre peintre français dans un film intitulé « Gauguin, voyage de Tahiti ». Un long-métrage signé Edouard Duluc qui n’a pas fini de faire polémique. Et pour cause, on reproche au réalisateur d’avoir largement édulcoré le caractère pédophile des relations que le peintre a entretenues avec une très jeuneTahitienne.

« Il y a le relativisme par rapport à l’époque mais quand même »

L’intrigue tourne autour de cette relation en particulier, quand la jeune fille en question avait 13 ans à peine. Pour les besoins du film, ce rôle est joué par une jeune femme de 17 ans qui « en fait facilement 18 ou 19 ». Très loin, donc, de la réalité historique de ce séjour à Tahiti. Interrogé là-dessus par Léa Salamé, à la faveur d’un reportage diffusé dans « Stupéfiant ! », l’acteur s’est montré maladroit, qui a essayé de minimiser les faits en les mettant en perspective avec l’époque à laquelle ils se sont déroulés. « Oui, mais 13 ans à l'époque, ce n'est peut-être pas 13 ans aujourd'hui non plus. Maintenant, il y a la morale, etc. » Des propos qui ont fait vivement réagir la journaliste: « Vous savez que si je laisse passer cette phrase-là, ça va faire un tollé. » Pourtant, l’acteur n’a pas hésité à réitérer son opinion: « Oui, mais c'était la réalité de l'époque, on offrait la fille... Certes, c'était archaïque, c'était complètement fou mais c'était comme ça. » Une réponse qui est loin d’avoir convaincu Léa Salamé: « Il y a le relativisme par rapport à l'époque, oui, mais quand même… »

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern