Le jour où Depardieu a voulu tuer Harvey Weinstein

Reporters
Reporters

Hier mercredi, Gérard Depardieu était invité de l'émission « La Bande Originale » sur France Inter. En pleine affaire Weinstein, l’acteur a raconté à Nagui qu’il avait lui aussi eu maille à partir avec le producteur mais il ne s’agit pas cette fois d’harcèlement sexuel.

« Mes doigts vont te crever les yeux »

Les faits qu’il a rapportés datent d’une vingtaine d’années mais le souvenir qu’il en garde est resté vif, à tous les sens du terme. « Je connais bien le Weinstein en question. » Et de raconter qu’au milieu des années 90, il avait coproduit avec Miramax, la maison de production dirigée par Harvey Weinstein à l’époque, un film intitulé « She's so lovely », qui mettait en scène Sean Penn et Robin Wright. Sauf qu’en découvrant les termes du contrat, il s’était aperçu qu’ils avaient été modifiés au bénéfice de Weinstein, qui le « volait carrément ». C’est pourquoi, sous les yeux de Robert De Niro, qui était présent dans la pièce, le Français n’a pas hésité à menacer le producteur: « Harvey, si tu fais quelque chose, tu vois mes deux doigts: ils te crèvent les yeux ! Tu touches une chose à ta parole donnée, je te crève les yeux et je te tue. » Et d’expliquer que le tycoon n’a pas eu d’autre choix que de revenir à de meilleures intentions: « Il a fait attention à ses yeux. » En revanche, en ce qui concerne les accusations d’abus sexuels dont Weinstein fait l’objet actuellement, Depardieu n’a livré aucun commentaire.

 
  • Delphine: les secrets d’une royale réconciliation

    Le Roi a invité sa demi-sœur pour un déjeuner à deux au Château de Laeken. La rencontre étant informelle, tous deux posent de manière relativement décontractée, sur fond de fleurs et d’assiettes de grand-mère.

    Le roi Philippe a invité sa demi-sœur à déjeuner à Laeken pour faire connaissance. Le lendemain, le roi Albert et la reine Paola se sont déclarés heureux de cette initiative. Décryptage d’un moment de communication d’ores et déjà historique !

Signé duBus
Signé Stéphane Bern