Sur les traces de Jacob Lemaire au cap Horn

Le passage Lemaire figure toujours sur les cartes maritimes, quatre siècles après sa découverte.
Le passage Lemaire figure toujours sur les cartes maritimes, quatre siècles après sa découverte.

S’il est un site parmi les plus connus du Chili, c’est bien le cap Horn. Et c’est à des Tournaisiens qu’il le doit : Jacob et Isaac Lemaire. C’est en effet ce dernier, protestant hainuyer émigré à Amsterdam où il a créé une petite compagnie maritime, qui a l’idée de chercher un nouveau passage pour rejoindre les Indes. Il y est d’ailleurs obligé, la toute-puissante Compagnie néerlandaise des Indes orientales ayant obtenu, le 20 mars 1602, le monopole de navigation et de trafic commercial dans toutes les mers accessibles par la route du cap de Bonne Espérance à l’ouest et par le détroit de Magellan à l’est. Il y a donc lieu de trouver de nouvelles routes. À force d’étudier les cartes ou les journaux de bord des capitaines, Isaac Lemaire est quasi sûr de pouvoir trouver une voie permettant de se rendre aux Indes sans passer par le détroit de Magellan. Et c’est à son fils Jacob qu’il confie une mission exploratoire, mettant à sa disposition deux solides navires, l’Eendracht et le Hoorne, une vingtaine de canons, 87 matelots, ainsi qu’un marin d’expérience, Willem Cornelitz Schouten. Le tout est financé par quelques bourgeois de la ville de Hoorne, nombreux à se trouver sur le port de Texel, le 14 juin 1615, pour assister au départ de l’expédition. Grâce au journal de bord conservé, on sait que les deux vaisseaux passèrent par l’île de Wight pour recruter un charpentier qu’ils ne trouvèrent pas, par le port de Plymouth, par les îles du Cap Vert, les côtes du Sierra Leone et Port Désiré, l’actuel Port Deseado, en Patagonie argentine. C’est là que, le 19 décembre 1615, l’un des deux navires, le Hoorne, aurait pris feu.

En l’honneur de sa ville sponsor

Jacob Lemaire va toutefois décider de poursuivre sa route, rassemblant les deux équipages sur l’Eendracht. L’idée n’est peut-être pas la meilleure qu’il ait eue. Très vite se posent des problèmes de promiscuité, des doutes également. Heureusement, Isaac Lemaire avait vu juste. À cinq jours du détroit de Magellan, son fils va découvrir, plus au sud, un passage étroit, entre une île inconnue et une terre surplombée par de hautes montagnes. Il va les nommer "Terre des États" et "Terre Maurice de Nassau". Plus loin, alors que la mer est déchaînée, il passe devant un cap impressionnant à qui il donnera le nom de Hoorne, en hommage à la ville de ses sponsors. Et le 12 février 1616, il pénètre enfin dans les mers du Sud. Il a donc trouvé "la" route, différente de celle de Magellan. La suite est moins joyeuse. L’équipage et Jacob Lemaire vont d’abord être victimes du scorbut. Plusieurs marins vont y laisser la vie. Ils vont ensuite découvrir des îles totalement inconnues, habitées par des populations belliqueuses, guerrières, que Lemaire va décrire avec beaucoup de précisions. Poursuivant sa route, plus au nord, l’Eendracht va rencontrer un autre navire hollandais, le Rotterdam, piloté par le capitaine Van Spielberghen. Et c’est ensemble qu’ils pénètrent, le 29 octobre 1616, dans le port de Batavia, objectif du voyage.

Le cap Horn, qui doit son nom à la ville de Hoorne, sponsor de l'expédition de Lemaire.
Le cap Horn, qui doit son nom à la ville de Hoorne, sponsor de l'expédition de Lemaire.

Mis aux fers !

L’accueil y est inimaginable. À peine ont-ils mis un pied à terre que Jacob Lemaire et ses officiers se voient convoqués par le nouveau gouverneur général, le très autoritaire Jan Coen. Ils pensent qu’ils vont être fêtés. Que du contraire. Entouré de tout son conseil, le précité va leur annoncer que, au nom de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales, ils sont faits prisonniers pour avoir violé le monopole de la compagnie sur le détroit de Magellan. Lemaire a beau protester, expliquer qu’il a découvert un nouveau passage, qu’il n’a donc pas violé le monopole, rien n’y fait ! Il est même mis aux fers et embarqué, prisonnier, dès le 14 décembre, sur un bateau en partance vers les Pays-Bas. Huit jours plus tard, le 22 décembre 1616, il est emporté par une mort subite et jeté à la mer. Et ce n’est que le 1er juillet 1616, alors que son navire, rebaptisé "Le Meridionale Eendracht", est de retour à Amsterdam qu’Isaac Lemaire va apprendre à la fois la mort de son fils, les circonstances de celle-ci et le passage qu'il a mis au jour.

Le 27 juillet suivant, meurtri, il se présente à l’Assemblée des États Généraux. Son apparition fait sensation. Dans un silence monacal, il annonce l’importante découverte géographique due à son fils, mais dénonce aussi la mort humiliante de celui-ci et la conduite scandaleuse du gouverneur Jan Coen. La vérité éclate. La gloire posthume de Jacob Lemaire grandit de jour en jour. Un peu trop d’ailleurs aux yeux de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales, mise à mal et qui va contre-attaquer en s’abouchant la complicité de Schouten, le fameux adjoint de Lemaire. Contre monnaies sonnantes et trébuchantes, celui-ci a reçu pour mission, au travers de son témoignage, de réduire le rôle de Lemaire dans la découverte du fameux passage. Et il se prend au jeu, s’attribuant le leadership de l’expédition, faisant publier ses Mémoires. Il faut attendre le mois de novembre 1619 pour que l’imposture soit dénoncée par un autre grand capitaine, l’amiral Van Spielberghen, qui avait croisé Jacob Lemaire dans les mers du Sud. La Compagnie est finalement condamnée à restituer l’Eendracht, sa cargaison et ses papiers, ainsi qu’à payer les frais et les intérêts depuis le jour de la confiscation du bateau. Une fameuse somme ! Isaac Lemaire meurt, apaisé, cinq ans plus tard, le 20 septembre 1624. Il a consacré ses derniers jours à imprimer et à diffuser en français, en latin et en néerlandais, le véritable journal de bord de son fils, offrant ainsi à l’Histoire une nouvelle aventure aux racines bien belges. Quant au passage, il porte toujours, quatre siècles plus tard, le nom de Jacob Lemaire sur toutes les cartes maritimes.

En découvrant le passage, Jacob Lemaire signait son arrêt de mort.
En découvrant le passage, Jacob Lemaire signait son arrêt de mort.

 
  • Un million de ménages belges payent trop cher leur électricité et/ou leur gaz, faute de choisir le meilleur contrat. En cette période de hausse, un maître-mot: comparer!

    Énergie: économisez 500 euros

    Avec la hausse des prix, c’est le moment de regarder son contrat de près. Et d’opter pour des formules moins chères.

  • Les «balades sauvages» permettent de découvrir et reconnaître les plantes comestibles.

    Ces plantes sauvages comestibles

    Les plantes sauvages sont souvent considérées comme de mauvaises herbes. Elles sont pourtant comestibles dans 9 cas sur 10 !

  • À la côte belge, des caméras intelligentes installées par Westtoer mesuraient l’affluence en pleine crise du Covid-19.

    Big Brother, même pendant son jogging

    Dans un parc de Louvain, des caméras scrutent les activités sportives des citoyens. Cette nouvelle initiative interpelle : jusqu’où va la surveillance des Belges ?

  • QR code: le nouveau geste barrière

    Il permet de respecter les règles sanitaires, en touchant le moins de surfaces possible.

    Il fait désormais partie intégrante de nos vies. Ce petit carré noir et blanc s’affiche partout. Mais qui est-il vraiment ? Explications.

  • Le parc naturel des Hautes Fagnes - Eiffel, avec 6.000 hectares classés en réserve naturelle, devrait être nommé.

    Bientôt deux parcs nationaux en Wallonie

    Une demi-douzaine de sites remarquables se portent candidats. Nos favoris : les Hautes Fagnes et Nassonia.

  • Hyundai

    Hyundai i20N: tant qu’il est encore temps

    Si les précédentes Hyundai i20 ont toujours été un peu effacées, l’actuelle fait enfin preuve d’une indéniable personnalité esthétique. Le constructeur lui accorde aussi plus de caractère pour cette inédite déclinaison sportive N, à contre-courant de la tendance actuelle…

  • BelgaImage

    Jeûner, oui, mais pas à tout prix

    Se priver de nourriture pour se sentir mieux : une pratique qui a le vent en poupe mais à ne pas confondre avec une grève de la faim.