Accueil Actu Soirmag

Jawad Bendaoud, le logeur de Daech, se prend désormais pour une star des réseaux sociaux (photos et vidéo)

Le jeune homme, libéré le 14 février, a créé un profil Snapchat qu’il alimente très régulièrement. Des comptes Twitter et Instagram auraient également fait leur apparition.

Temps de lecture: 2 min

« Jawad, le retour sur Snapchat. Qui veut que je le loge ? Ahah », écrit ainsi Jawad Bendaoud. Pour rappel, l’homme est sorti de prison le 14 février. Il a été relaxé après avoir logé deux jihadistes du 13-Novembre. Le procès avait fait grand bruit : celui qui est surnommé « le logeur de Daech » avait multiplié les déclarations déroutantes.

Capture d’écran - Snapchat/jawad.bendaoud
Capture d’écran - Snapchat/jawad.bendaoud

« Après la pluie, le beau temps » s’amuse-t-il encore sur Snapchat. Le jeune homme, qui aura passé en tout vingt-sept mois à l’isolement, est très actif sur le réseau social. Il publie de nombreuses vidéos et s’amuse de la situation. On le voit notamment poser avec une femme qu’il présente comme sa coiffeuse. Il n’hésite pas à faire des allusions à son surnom ou au « petit sandwich escalope-Boursin » évoqué lors de son procès.

Capture d’écran - Snapchat/jawad.bendaoud
Capture d’écran - Snapchat/jawad.bendaoud

Capture d’écran - Snapchat/jawad.bendaoud
Capture d’écran - Snapchat/jawad.bendaoud

Capture d’écran - Snapchat/jawad.bendaoud
Capture d’écran - Snapchat/jawad.bendaoud

Le piège des faux profils

À en croire ses publications Snapchat, Jawad Bendaoud aurait également investi d’autres réseaux sociaux : un compte Twitter et un profil Instagram auraient été créés. Il convient de rester prudent car de nombreux faux profils briguant l’identité du « logeur de daech » pullulent sur le web. Ce qui a d’ailleurs le don d’exaspérer Jawad Benadaoud, comme le révèle cette vidéo publiée par le Huffington Post.

Voir la vidéo sur mobile

Les internautes s’opposent

Sur les réseaux sociaux, l’activité de Jawad Bendaoud fait réagir. Certains s’amusent du comportement de Jawad.

Tandis que d’autres s’insurgent. Certains disent également regretter la décision prise par la justice française.

Notre sélection vidéo

Aussi en Société

Voir plus d'articles

À la Une