Laeticia Hallyday: son interview au Point remise en doute (vidéo)

©Belgaimage
©Belgaimage

À peine est-elle sortie de son silence ce jeudi 12 avril dans les colonnes du Point afin de rétablir sa vérité, que là voilà déjà au centre d’une nouvelle polémique. En effet, depuis plusieurs heures, la rumeur affirmait que les propos de Laeticia Hallyday avaient, en réalité, été recueillis par Mathieu Laine, un communicant reconnu, ancien avocat de 43 ans et ami proche de la mère de Jade et Joy, avant d’être transmis au Point où ils ont ensuite été mis en forme.

Voir la vidéo sur mobile.

Un manque d’authenticité

Interrogé par BFMTV, Fabien Lecoeuvre, biographe de Johnny Hallyday, semble du même avis. Le chroniqueur français trouve que l’interview de Laeticia manque cruellement de sincérité. « On a presque l’impression que cela a été rédigé par un avocat et relu par Laeticia Hallyday. C’est très bien fait. Mais ce n’est pas pour autant convaincant. Je ne pense pas que cette interview puisse réhabiliter Laeticia. C’est impossible. Parce qu’elle répond sur un plan juridique, familial et jamais affectif », explique-t-il à nos confrères français.

Le patron du Point réagit

Face à la rumeur, Étienne Gernelle, le directeur de la publication du Point, a souhaité rétablir la vérité ce matin sur CNews et affirme que c’est bel et bien lui qui a réalisé l’interview de la veuve du Taulier, au cours d’une entrevue de deux heures et demie, à Los Angeles.

« C’est moi qui ai fait cette interview et personne d’autre  », confirme-t-il à Clélie Mathias. Ce à quoi la journaliste de CNews lui répond : «  Mais dans ce cas pourquoi cette interview n’a-t-elle pas été filmée ? », à l’heure où la vidéo prime sur tous les sites internet.

La réponse du directeur du Point ne s’est pas fait attendre : «  Je n’ai pas filmé car je travaille en presse écrite », avouant toutefois « que ne pas la filmer a sans doute été une erreur ».

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • Tableau: Napoléon au mur du salon

    Mathieu Golinvaux

    L’Empereur sur son lit de mort à Sainte-Hélène, la toile du peintre flamand Joseph-Denis Odevaere fait le bonheur d’une famille bruxelloise.