Accueil Actu Soirmag

Qui dit 1er août dit journée internationale de la frite belge

Comme chaque année, la Belgique célèbre sa frite. Malgré la controverse sur sa véritable origine.

Temps de lecture: 2 min

Si vous avez l’un ou l’autre amis français, le sujet a forcément déjà dû revenir sur la table : le lieu de naissance de ce délice culinaire. Belge ou française, la frite ? Le débat fait encore rage de nos jours tant il est difficile d’établir son origine précise. Certains la voient bien belge, la légende racontant qu’elle serait née vers 1650 alors que la Meuse était gelée. Les habitants de la région, à défaut de se nourrir de petits poissons, auraient coupé des pommes de terre et les auraient fait frire. C’est en tout cas ce que raconte le légendaire Musée de la frite de Bruges.

Querelle sans fin

D’autres la considèrent bien française, notre frite. C’est notamment le cas de Pierre Leclercq, historien belge de la gastronomie. Dans une interview diffusée par Le Figaro ce 1er août – provocation ultime alors que nous, Belges, fêtons notre belle frite –, il démonte l’origine belge de ce mets qui s’accompagne volontiers de moules, de mayonnaise ou d’andalouse. « N’en déplaisent toutefois aux Belges, la frite d’aujourd’hui est fondamentalement parisienne », ose-t-il avancer, arguments à l’appui, il faut bien le reconnaître.

Cette querelle sans fin, Belges et Français la doivent aussi à l’appellation anglophone de ce plaisir salé : « french fries », de quoi raviver les tensions gastronomiques. Mais certains avancent que le mot « french » relève en réalité du vieil irlandais, une langue où ce mot de la discorde veut tout simplement dire « coupé en morceaux ». Il y aurait donc méprise.

Champions du monde, les Belges

Toujours est-il que réaliser une frite belge est un art à part entière : la double cuisson s’impose. L’année dernière, à la même date, nos collègues de SoSoir établissaient qu’il fallait d’abord cuire les frites 5 minutes à 160ºC. Puis patienter dix minutes. Et ensuite les recuire à 180ºC. De quoi obtenir des frites dorées comme on les aime.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les habitants du plat pays les adorent ! Les Belges sont les plus gros consommateurs de frites surgelées au monde et notre territoire compte, à la grosse louche, 5.000 frituristes. Le 1er août, date symbolique donc. Et de quoi vous donner l’envie, malgré les fortes chaleurs, de déguster un cornet dans votre fritkot préféré ? Il ne reste plus qu’à trancher l’épineuse question de la sauce pour l’accompagner.

Notre sélection vidéo
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

À la Une