Décès de Prince : la famille assigne le médecin du chanteur en justice

© PhotoNews
© PhotoNews

La famille du chanteur Prince, décédé en avril 2016, a assigné en justice le médecin qui avait prescrit des analgésiques à un proche de l’artiste américain quelques jours avant sa mort. Michael Schulenberg, qui savait que ces médicaments étaient destinés à Prince, n’a pas correctement diagnostiqué et traité la dépendance de son patient aux antidouleurs opiacés, estiment ses héritiers.

Prince est mort à 57 ans le 21 avril 2016, victime d’une overdose de fentanyl. D’après l’enquête pénale conclue en avril dernier, les médicaments prescrits par le Dr Schulenberg ne sont pas à l’origine de son décès. Le médecin avait admis avoir prescrit des antidouleurs Percocet à un proche du chanteur tout en sachant que les médicaments lui étaient destinés. Mais ce qui l’a tué, c’est une boîte de médicaments contrefaits contenant du fentanyl, un analgésique très puissant, qu’il a ingéré en pensant prendre un médicament antidouleur bien moins dosé.

Néanmoins, pour la famille du chanteur, le médecin n’a pas soigné correctement Prince dans les jours qui ont précédé sa mort. « Il a omis d’évaluer, diagnostiquer, traiter et conseiller adéquatement Prince pour son addiction manifeste aux opiacés, ainsi que de prendre les mesures appropriées et raisonnables pour éviter les conséquences fatales prévisibles de cette addiction », stipule l’action en justice dont la chaîne de télévision américaine ABC News a eu connaissance.

Michael Schulenberg avait précédemment accepté de verser 30.000 dollars à la justice américaine et de se soumettre à des contrôles renforcés pour avoir prescrit des médicaments à Prince au nom de quelqu’un d’autre.

En avril 2018, la famille de Prince avait déjà assigné en justice pour faute professionnelle un hôpital de l’Illinois où le chanteur avait été admis pour une première overdose, quelque jours avant celle qui lui a été fatale. La famille reproche à l’hôpital de ne pas avoir analysé les pilules en cause.

Cette action avait été annoncée quelques jours après la décision de la justice pénale américaine de ne pas engager de poursuites dans le cadre de la mort du chanteur, faut d’avoir pu établir comment il s’était procuré les médicaments contrefaits.

AFP

 
  • Les montages financiers des royaux européens

    Plongé jusqu’au cou dans l’affaire Epstein, le prince Andrew a déclenché une nouvelle polémique en Angleterre en créant une très discrète société privée pour assurer la gestion de ses avoirs.

    Familles royales ou grandes familles de la noblesse ou de la haute bourgeoise, elles sont nombreuses à utiliser des constructions juridiques, comme des fondations, pour transmettre et perpétuer leur patrimoine.

  • GELUCK_belgaimage-174625282-full

    Geluck face à ses détracteurs

    Les détracteurs du projet de musée de Philippe Geluck sortent les griffes.

  • Le complexe des serres se découvre de plus loin cette année grâce à une belle promenade dans le parc privé du château.

    Parcours inédit dans les Serres de Laeken

    En raison du corona, une partie du complexe est inaccessible, mais, en échange, les visiteurs peuvent faire une longue promenade dans le parc du château royal ! À découvrir dès le 13 mai.

  • Le fisc peut s’emparer de 80% de la valeur d’un héritage à destination d’un ami ou d’un neveu. Le legs en duo est une solution à envisager à l’heure d’anticiper sa succession.

    Héritage, les règles ont changé

    Pour alléger les droits de succession, il est souvent intéressant d’inclure une association dans ses héritiers. Attention, les règles ont changé ! Explications.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern