Adeline Blondieau va vendre aux enchères des souvenirs de sa vie avec Johnny Hallyday

©Belgaimage
©Belgaimage

« Pour tourner la page », Adeline Blondieau qui fut la troisième épouse de Johnny Hallyday, vendra aux enchères le 20 octobre prochain des souvenirs de leur couple dont sa robe de mariée. « Tout ce qui concerne Johnny, l’idole, tout ce qui faisait de nous des personnages et non des personnes, je le mets aujourd’hui à la disposition de son public », écrit Adeline Blondieau dans le catalogue de la vente organisée à l’Hôtel Drouot, à Paris, par la maison Coutau-Bégarie.

« Je ne garde de l’homme que j’ai aimé que l’intime », précise Adeline Blondieau. « Quand Johnny est mort, j’ai été submergée par une tristesse bien plus grande que je ne m’y attendais. La mort change notre regard sur le passé. Elle nous pousse à pardonner, à tourner la page, à ne garder que le meilleur », ajoute-t-elle, confiant « qu’(elle) a pris le temps de comprendre l’homme qu’(elle) avait épousé et ce qu’elle voulait garder de (leur) histoire ».

Une soixantaine de souvenirs

En plus de la robe de mariée de 1990 signée Nina Ricci et inspirée du film « Autant en emporte le vent » (15.000 euros en estimation haute), Adeline Blondieau met aussi aux enchères, parmi une soixantaine de souvenirs personnels, le carton d’invitation de son premier mariage avec Johnny, ainsi que des boucles d’oreilles saphir et une montre en or que le chanteur lui avait offertes en 1991.

Adeline Blondieau a épousé deux fois Johnny Hallyday, une première fois en 1990 à Ramatuelle. Le couple divorcera deux ans plus tard, mais convolera à nouveau en 1994, avant de rompre définitivement en 1995. En juin 2016, Mme Blondieau a fait condamner en appel Johnny Hallyday et solidairement les éditions Plon à 2.500 euros de dommages et intérêts pour l’avoir diffamée dans un passage de l’autobiographie du rockeur, « Dans mes yeux », publiée trois ans plus tôt.

 
  • Mick Schumacher, au nom du père

    Mick Schumacher devant le portrait de son illustre paternel: «C’est le plus grand pilote de tous les temps, il est mon idole», dit le jeune compétiteur, arrivé en F1 à 22 ans, comme son père.

    Alors que les fans attendent depuis presque huit années un signe de vie de leur pilote préféré, son fils de 22 ans a pris la relève en Formule 1. Un défi compliqué.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern