«Libération» remet en lumière la Ligue du LOL : des témoignages de cyber-harcèlement rejaillissent

© Isopix
© Isopix

Ces derniers jours, de nombreux témoignages de cyber-harcèlement fusent sur le réseau social Twitter. Ces messages ont en commun « La ligue du LOL » que les victimes accusent d’être leur bourreau. Le média CheckNews (Libération) a publié récemment un article sur ce phénomène virtuel qui a touché les femmes journalistes à l’époque des débuts de Twitter.

La Ligue du LOL c’est quoi ? Ce nom désignerait un groupe privé créé par Vincent Glad, journaliste chez Libération, s’entretenant sur Facebook durant les années 2000. La plupart des participants seraient des hommes, parisiens, travaillant dans des rédactions, dans la publicité ou la communication.

Pour quoi faire ? «  Surtout des blagues, qu’on ne pouvait pas faire en public. C’était brillant, c’était bête, il y avait ce côté observatoire des personnages de Twitter, on s’échangeait des liens, des photos, on se moquait des gens. C’est l’endroit où je me suis tapé les plus grosses barres de rire à l’époque » répond le podcaster Henry Michel, un des membres temporaires du groupe, à CheckNews.

« Ils nous ont pourri la vie »

« Des membres de la Ligue du LOL ont-ils harcelé, sur Twitter, des militantes féministes ? », c’est la question que CheckNews ainsi que de nombreux internautes se posent. Dix ans après les faits, les preuves manquent. Le média français s’est donc intéressé aux témoignages : « Ces gens-là, ils pensaient faire des blagues, mais ils nous ont pourri la vie » se confie une journaliste.

« Pendant des années, critiques récurrentes sur mon apparence... tout ça de façon régulière, gratuite, et entraînant tout un tas de twittos dans leur sillage malsain & dévastateur » peut-on lire sur Twitter. Ou encore « Ces garçons étaient ce que sont les hommes dans une (micro)société où rien ne les stoppe et où tout les dédouane: des connards, des éléments de toute puissance à la masculinité violente, dominante, sexualisée et brutale. »

Des excuses de la Ligue du LOL  ?

Suite à ces nombreux témoignages, quelques bourreaux ont tenu à présenter leurs excuses évoquant leur inaptitude à se rendre compte du mal qu’ils ont pu faire.

« Aux personnes qui se sont senties visées ici ou ailleurs depuis 11 ans par une ou plusieurs de mes saillies ricaneuses, je peux difficilement dire autre chose qu'un sincère "je m'excuse, c'était vraiment pas malin, et ça ne se reproduira plus" » explique le journaliste Alexandre Hervaud.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern