Le lapsus gênant du Premier ministre Edouard Philippe qui situe Nantes en Bretagne (vidéo)

© Capture d’écran Twitter
© Capture d’écran Twitter

Venu signer un « contrat d’avenir » ce vendredi 8 février au siège de la région Pays de la Loire, Edouard Philippe a commis une petite bourde. Accueilli à Nantes par la présidente des Pays de la Loire, celui-ci a remercié « la présidente du conseil régional de Bretagne ».

Après un silence et les éclats de rire de l’assemblée, le Premier ministre s’est rendu compte de son erreur. « Ça commence bien... Je ne l’ai pas fait exprès. Mettez ça sur le compte de l’émotion ! » rétorque l’homme politique français vraisemblablement gêné par son lapsus. « Il se trouve que la semaine a été un longue et intense », s'est-il justifié pour ensuite reprendre son discours en présentant ses excuses.

Un lapsus gênant qui transforme le discours d’Edouard Philippe en une scène plutôt hilarante.

Cette maladresse rappelle la pétition signée par 100.000 personnes militant pour le rattachement de la Loire-Atlantique et de la Bretagne. Mais en décembre dernier, le conseil départemental de la Loire-Atlantique a voté contre cette réunification.

 
  • Un million de ménages belges payent trop cher leur électricité et/ou leur gaz, faute de choisir le meilleur contrat. En cette période de hausse, un maître-mot: comparer!

    Énergie: économisez 500 euros

    Avec la hausse des prix, c’est le moment de regarder son contrat de près. Et d’opter pour des formules moins chères.

  • Les «balades sauvages» permettent de découvrir et reconnaître les plantes comestibles.

    Ces plantes sauvages comestibles

    Les plantes sauvages sont souvent considérées comme de mauvaises herbes. Elles sont pourtant comestibles dans 9 cas sur 10 !

  • À la côte belge, des caméras intelligentes installées par Westtoer mesuraient l’affluence en pleine crise du Covid-19.

    Big Brother, même pendant son jogging

    Dans un parc de Louvain, des caméras scrutent les activités sportives des citoyens. Cette nouvelle initiative interpelle : jusqu’où va la surveillance des Belges ?