«All Inclusive»: l’échec du film avec Franck Dubosc se confirme et les internautes ont la dent dure

«All Inclusive»: l’échec du film avec Franck Dubosc se confirme et les internautes ont la dent dure
Capture d’écran - YouTube

Les équipes du film « All inclusive » espéraient plus que probablement que les chiffres du box-office s’améliorent en cette troisième semaine de diffusion dans les salles obscures. Force est de constater que le film mettant en scène Franck Dubosc et reprenant largement les codes de la saga « Camping » restera un échec commercial au cinéma. S’il ne faut pas encore trop présager de la suite – le film pourrait par exemple cartonner en diffusion télé –, les statistiques sont ce qu’elles sont.

Les cinq premiers jours, le film de Fabien Onteniente n’avait attiré que 308.000 spectateurs. Une semaine plus tard, le film comptait 630.000 entrées. Ce qui faisait dire au très renseigné compte Twitter « BoxOfficeNuls » que le total des entrées, au bout du compte, tournerait autour des 900.000 places vendues (voire même un peu moins). Pour un film qui a été tourné avec un budget de 15 millions d’euros, c’est peu. D’autant que les chiffres les plus récents, délivrés ce mardi 5 mars, font état de « 720.000 entrées en près de trois semaines ».

Des internautes difficiles à convaincre

Reste à savoir ce qui fait que le film ne rencontre pas le succès d’audience espéré par les équipes du film. D’autant que les précédents opus de la saga « Camping » ont correctement rencontré leur public en salles. Outre les critiques plutôt négatives parues ici et là dans la presse francophone, Soir mag a zieuté du côté de Twitter pour voir ce qu’en pensaient les internautes. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ces derniers ne sont pas tendres avec le long-métrage du duo Franck Dubosc – Fabien Onteniente. Petite revue d’effectif des posts négatifs. Sur le site de référence Allociné, « All inclusive » recueille par ailleurs une note « spectateurs » extrêmement basse de 1,1/5. La presse lui accorde 1,5.

Ce qui ne doit pas faire totalement oublier que certains fans de la première heure de Patrick et de son mythique maillot de bain ont apprécié le film « All Inclusive ». Et ce même si, cette fois, le long-métrage s’exporte aux Caraïbes et a Jean-Paul Cisse pour personnage principal, incarné par l’inévitable Franck Dubosc. Tous les commentaires sur les réseaux sociaux ne doivent donc pas être mis dans le même panier.

Gilets jaunes en toile de fond

Le 3 mars dernier, Soir mag vous parlait déjà de l’échec au box-office de « All inclusive ». L’article, publié par nos soins sur Twitter, a été repris sur la toile à de multiples reprises. Au moment d’écrire ces quelques lignes, nous devons constater l’évidence. Une partie non négligeable des « retweets » effectués par des internautes est liée au mouvement des « gilets jaunes ». Rappelez-vous, Franck Dubosc avait d’abord soutenu le mouvement populaire avant de faire un demi-tour complet, établissant que les « gilets jaunes » étaient « trop haineux ».

Depuis, l’acteur a bel et bien essayé de s’expliquer mais le mal semble fait aux yeux des membres de cette contestation sociale. Sur Twitter, certains le lui font donc savoir. En voici quelques exemples :

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • 1-22278647_10155990153115934_2035067948_n-1

    Opération Shoe-Box: du bonheur en boîte

    À travers cette initiative solidaire, l’association Les Samaritains appelle à la générosité des Belges pour gâter, à leur manière, les personnes sans abri ou défavorisées.

  • Son père l’abandonne à six ans. Audrey Hepburn en restera angoissée pour la vie, cherchant l’affection auprès d’autres hommes. Une blessure qui ne se refermera jamais.

    Audrey Hepburn: une vie d’épreuves

    Derrière l’image glamour, tout en élégance et en charme, l’actrice soignait ses blessures. Un documentaire britannique de la réalisatrice Helena Coan révèle la part de souffrances et d’échecs personnels de la star.

  • Belgaimage

    Les chercheurs de pharaons (12)

    Dans un livre passionnant qui vient d’être réédité, Michel Duino retrace notamment la découverte du tombeau de Ramsès II. Un roman vrai qui se lit comme un polar. Nous publions cette partie de l’ouvrage sous forme de feuilleton.