Les conditions de vie «misérables» des cailles élevées en cage pour leurs œufs filmées par L214 (vidéo)

cailles
Capture d’écran - Youtube

Chaque vidéo diffusée par L214 fait figure d’événement. Et cette fois-ci encore, l’enquête de l’association française ne déroge pas à la règle. Publiée dans la nuit du mercredi 20 au jeudi 21 mars sur sa chaîne YouTube, L214 voit d’ores et déjà son reportage largement repris dans les médias français. Cette fois, l’association entend montrer aux yeux du grand public les conditions de vie des cailles pondeuses, enfermées dans des cages.

Voir la vidéo sur mobile

Pas d’alternative

Les œufs de cailles constituent un mets de choix. L214 vous en montre l’envers du décor. « Cailles déplumées, entassées, malades, rendues agressives par la promiscuité et la lumière artificielle : c’est ce que dévoile cette nouvelle enquête », renseigne le groupe de défense des droits des animaux. Ils ont notamment enquêté sur une entreprise située dans la Drôme, dans le sud-est de la France. « Ces nouvelles images ont été tournées dans une exploitation d’une centaine de milliers de cailles », note L214.

>REPORTAGE. Adoptez une poule pour lui éviter l’abattoir

Sur les images, on découvre des cailles agglutinées dans des cages. Dans des hangars froids et sombres. « Les cailles élevées pour leurs œufs connaissent ainsi la même vie misérable que les poules pondeuses élevées en batterie. À la différence que 100 % d’entre elles vivent dans ces petites cages, alors que des filières alternatives existent pour les poules », pointe l’association sur son site web.

143 millions de cailles en cages en Europe

Le but de la manœuvre ? Sensibiliser les internautes bien sûr. Ceux-ci sont par ailleurs appelés à signer une pétition en ligne pour lutter contre ces élevages de cailles qui, en France, ne sont soumis à aucune réglementation et demander aux grandes surfaces de ne plus commercialiser ces œufs issus d’élevages en cages. Sur le site de Gaia, l’association belge pro-animale, on apprend par ailleurs que dans l’Union européenne, il y a « 143 millions de cailles en cages ».

« La plupart de ces oiseaux passent toute leur vie dans une cage », épingle Gaia dans sa campagne « Exit les cages ». « Dans certains élevages, jusqu’à 80 oiseaux sont entassés par cage, de sorte que la surface moyenne par oiseau est inférieure à celle d’un smartphone. Leur marge de manœuvre est sévèrement limitée et génère du stress, des blessures et d’énormes frustrations. Ainsi entassées, les cailles ne sont pas en mesure d’exprimer leurs comportements naturels, comme se mouvoir, prendre des bains de poussière et picorer le sol pour se nourrir », informe Gaia.

 
  • François Chladiuk (à gauche) en compagnie de Walter Littlemoon venu tout spécialement à Lyon pour l’inauguration de l’expo.

    François Chladiuk, l’ami des Sioux

    Ce Belge possède une exceptionnelle collection de pièces indiennes historiques, exposée actuellement dans un musée de Lyon.

  • La fashion victim porte des vêtements à la mode, même s’ils ne sont pas beaux, accumule souvent de manière compulsive des articles et peut aller au contraire de la saison.

    De la fashion victim au feutre

    Dans un livre aussi dense qu’une garde-robe qui déborde, Martine Magnin et Mathilde de Jamblinne nous parlent chiffons avec passion. Extraits.

  • Face aux témoignage, Éliane Deschamps a toujours nié les accusations d’emprise.

    La gouroue qui voyait la Vierge

    En France, Éliane Deschamps se retrouve devant la justice pour abus de faiblesse. Elle a martyrisé les adeptes du groupe « Amour et miséricorde ».