Jean-Louis Murat «soulagé» de la mort de Johnny Hallyday qu’il trouvait «minable»: «Nous sommes passés pour des tocards pendant cinquante ans»

BelgaImage
BelgaImage

Jean-Louis Murat a accordé une interview au magazine Les Inrockuptibles. Il affirme : « Je ne dirais évidemment pas que j’ai recherché l’insuccès, mais être adoubé par un peuple qui ne jure que par Johnny Hallyday ou Patrick Bruel m’aurait sacrément embêté. » Le chanteur de 67 ans dit s’être senti « soulagé » à la mort de Johnny Hallyday : « À cause de la popularité de chanteurs minables et ringards comme Johnny Hallyday, c’est comme si on avait cultivé l’abrutissement en étendard national. Pourtant, le jour de sa mort, ce fut un soulagement. Comme un 6 juin 1944 pour la musique. À cause de lui, nous sommes passés pour des tocards pendant cinquante ans. »

Il pense la même chose du rap français actuel. « PNL est au rap américain ce que Richard Anthony était à Bob Dylan. Autrement dit, une vaste et funeste blague. Ce sont des petits Macron qui essaient de faire du pognon en ayant le QI d’une fourchette ! PNL, c’est du niveau du Club Dorothée », déclare-t-il. Il ajoute : « Et je ne te parle même pas des fermes à clics en Afrique ou en Asie sur lesquelles repose le succès artificiel de PNL pour exploser le nombre de streams ou de vues sur YouTube. »

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern