Dans «Au Tableau!», Anne Sinclair se confie sur Dominique Strauss-Kahn et sur leur relation actuelle (vidéo)

anne sinclair
Capture d’écran - C8

Carrière, vie politique : Anne Sinclair a eu droit à toutes les questions possibles et imaginables sur son parcours. Mais les enfants sont des êtres curieux et ils n’ont pas sûrs pas pu refréner leurs interrogations sur la vie privée de la journaliste de 70 ans. Il faut dire que l’intimité d’Anne Sinclair a été largement mise en avant dans les médias il y a de cela quelques années. Rappelez-vous, l’ex-épouse de Dominique Strauss-Kahn avait vécu des moments compliqués au moment de l’affaire du Sofitel. Une affaire qui avait précipité le couple vers le divorce, en 2013, après 24 ans de mariage.

« J’ai divorcé, ça arrive dans la vie. Quand on n’est pas heureux avec quelqu’un, on s’en va, et c’est une grande liberté qui est donnée aux femmes aujourd’hui. Et ça, j’ai bien fait », raconte-t-elle devant la classe. Elle a aussi expliqué pourquoi, en 1997, elle avait quitté la présentation de « 7 sur 7 », émission politique diffusée à l’époque sur TF1. Au même moment, DSK était nommé au ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie. « J’ai quitté mon métier, non pas pour mon mari, non pas parce que je voulais que lui soit présent et que moi je me mette à l’écart. Je l’ai quitté pour être libre ». La notion de liberté, encore.

« Pas beaucoup non »

Elle poursuit son explication : « Parce que quand tu poses une question, il faut que les gens sachent que tu es libre, que tu n’es pas liée à un homme politique, que tu n’es pas liée à un parti, que tu es indépendante, que tu poses vraiment la question que les gens ont envie de poser. Et pas celle qui est liée à ta famille, à ton fils, à ton mari, à ton frère ou à ton cousin. Il faut se sentir libre. Et c’est pour ça que je suis partie, pas pour mettre quelqu’un en avant et moi me mettre en arrière ».

Restait dès lors à savoir si Anne Sinclair, six ans après avoir divorcé, fréquentait toujours DSK. « Vous le voyez toujours DSK ? », a donc posé un enfant, le plus naturellement du monde. Pas prise au dépourvu, Anne Sinclair a répondu, pleine de pédagogie : « Pas beaucoup non. Mais j’ai élevé ses enfants avec les miens, et eux, je les vois beaucoup et je les aime beaucoup ». Depuis lors, la journaliste filerait le parfait amour avec l’historien français Pierre Nora.

En 2017, elle évoquait déjà, au JDD, cette difficile passe : « C’est derrière. C’est loin. C’est dépassé. J’en ai souffert, mais je suis aujourd’hui au-delà de tout ça. J’ai retrouvé une vie privée qui a été douloureusement publique. On continue d’essayer de m’interroger là-dessus, au bout de six années, alors je ne dirai rien de plus. Je ne suis pas Valérie Trierweiler. Je refuse de m’épancher. J’ai vécu et j’ai survécu et, pour moi, c’est terminé ». Interrogée par un enfant, Anne Sinclair en a dit juste un tout petit peu plus.

 
  • DR

    Micro Macro: Crime City

    On vous le conseille surtout seul ou à deux.

  • DR

    Test – Call of Duty Vanguard

    Un an presque jour pour jour après Call of Duty Cold War, Activision nous livre le 18e épisode de sa série. Changement de contexte pour cet opus, qui délaisse la guerre froide pour nous replonger au cœur de la Seconde Guerre mondiale.

  • Cette femme de cœur et d’action entre au Panthéon ce 30 novembre.

    Chanteuse, danseuse et comédienne

    Le portrait « Joséphine Baker, première icône noire » est diffusé à 23h35 sur Arte, ce dimanche 28 novembre.