La vidéo d’une jeune femme maltraitant un chaton crée l’indignation en France

DR
DR

Dans une vidéo très choquante, on voit une jeune femme plonger de force un chaton dans l’eau, avant de le lancer haut dans les airs. Le pauvre animal, désorienté, ne retombe pas sur ses pattes et s’écrase violemment sur le sol. Elle le tord également dans tous les sens quand elle le prend dans ses bras. C’est sur Snapchat qu’une jeune française a posté la vidéo de son amie en train de maltraiter son chaton.

Il n’a pas fallu longtemps pour que les internautes s’indignent de la cruauté, des actes inhumains envers l’animal et insultent les deux adolescentes. Avec plus de 915.000 vues en moins de 24H, la police s’est saisie de l’affaire. Une enquête est en cours et les vidéos ont été signalées sur la plateforme Pharos, le portail de signalement des contenus illicites diffusés sur Internet. « Vous êtes nombreux à nous signaler des vidéos de maltraitance sur des animaux. Les enquêteurs de la plateforme Pharos ont été saisis. Des investigations sont en cours pour retrouver les auteurs des faits  », ont écrit les forces de l’ordre sur Twitter.

Face aux critiques, la jeune femme prétend qu’elle « sait ce qu’elle fait  » et s’est adressé de manière agressive à un internaute en déclarant : « Arrête de faire de la merde pour un chat, frère. (...) Je sais ce que je fais, depuis que je suis gamine, j’ai des chats, frère. Mes chats, ils sont jamais morts parce que je les ai balancés. Un chat, comme on dit, ça retombe toujours sur ses pattes. D’une manière ou d’une autre, il n’est peut-être pas retombé sur ses pattes, mais il a rien de cassé, mon chat. Juste après, je l’ai récupéré, il était en train de me faire des câlins (...) ».

L’autre jeune femme, qui filmait la scène, semble quant à elle avoir éprouvé des remords. Elle a présenté ses excuses en précisant qu’elle s’était livrée à la gendarmerie. « Je présente publiquement mes excuses pour cette vidéo. Je précise que ce n’est pas moi qui lance le chaton, je n’ai pas réalisé qu’elle allait faire cela et je n’aurais pas dû poster la vidéo après coup  », écrit-elle sur Snapchat. « C’était une erreur et je n’ai pas réalisé la gravité de mes actes. J’ai décidé de me rendre à la gendarmerie pour me dénoncer. »

La police s’est donc saisie de l’affaire en précisant : « La personne qui exerce, des sévices graves, ou de nature sexuelle, ou qui commet un acte de cruauté envers un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité, encourt 2 ans de prison et 30.000 € d’amende.  » Voilà ce que risque la jeune femme s’il est prouvé qu’elle a commis un acte de maltraitance animale.

Sur le même sujet
Animaux
 
  • Il y a 80 ans: la Belgique occupée

    Les soldats de la Wehrmacht hissent le drapeau nazi sur le toit du château royal de Laeken.

    Après la campagne des 18 jours, notre pays est envahi par l’armée allemande. D’abord effrayée, la population se fait peu à peu à l’idée d’intégrer un Reich censé durer 1.000 ans... Et ne manquez pas la suite de notre série : le 7 octobre, la Résistance. Le 15 octobre, la Collaboration.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern