«Je me demandais pourquoi j’étais sur Terre»: Diam’s raconte son changement de vie

DR
DR

Diam’s, ancienne rappeuse française, s’est convertie à l’islam en 2008 et a abandonné sa carrière en 2012. Depuis, ses prises de parole dans les médias sont très rares. Elle vient toutefois de sortir du silence en accordant une interview au média saoudien Arab News, lors d’un pèlerinage à La Mecque. Elle aborde notamment, en anglais, sa conversion à l’islam est les réactions qui ont suivi en France quand elle l’a annoncé. Souriante, la jeune femme vit depuis deux ans avec son second mari et ses deux enfants en Arabie Saoudite.

« C’était un grand choc pour les Français. J’étais chanteuse et un jour j’arrive avec le voile. Les paparazzis sont venus à la mosquée et m’ont prise en photo. Et les gens disaient ’Comment est-ce possible ? Cette femme porte le voile maintenant ?’. Vous savez, c’est impossible pour eux  », explique-t-elle dans cet entretien qui date du début du mois et qui a été repéré par Purecharts.

Elle explique que c’est en rendant visite à une amie musulmane qu’elle a découvert l’islam. Elle raconte que lorsque celle-ci s’est mise à prier, elle l’a accompagné. « En priant avec elle et en me prosternant, je me suis sentie connectée à Dieu (…) C’était une révélation. Je suis devenue intimement convaincue de l’existence de Dieu. Plus je lisais (le Coran, ndlr) plus j’étais convaincue ».

« J’ai cherché le bonheur »

Au début, Diam’s a préféré ne pas dévoiler aux médias ses nouvelles croyances, avant de changer définitivement d’avis. « Je ne savais pas quoi dire, parce que c’est la foi. C’est difficile à expliquer. Un jour, je me suis rendu compte que tout ça, l’argent, le succès, le pouvoir, ça ne me rendait pas heureuse. Alors j’ai cherché le bonheur. J’étais très, très triste et j’étais seule, et je me demandais pourquoi j’étais sur Terre. Ce n’était pas pour être riche et célèbre, parce que ça ne me rendait pas heureuse. Alors j’ai commencé à chercher des réponses à mes questions. Aujourd’hui, quoi qu’il m’arrive, le bon comme le mauvais, Allah m’écoute  », explique-t-elle.

Elle indique également ne pas renier son passé et accepter celle qu’elle était avant, malgré les changements : « Je ne dirai jamais que ce n’était pas moi. Non, c’était bien moi. Mais maintenant je suis différente  ». À 39 ans, elle se consacre désormais à sa famille, à l’écriture et à son association « Big Up Project », qui vient en aide aux enfants défavorisés en Afrique. L’ancienne rappeuse se sent aujourd’hui « apaisée ».

 
  • Verviers: la peur du lendemain

    La Vesdre coule paisiblement. Les débris qui la bordent rappellent le traumatisme vécu une semaine plus tôt.

    Dévastée par la Vesdre, l’ancienne cité lainière pleure ses morts, compte ses sinistrés et se prépare aux crises à venir.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • Ostéoporose, la menace silencieuse

    L’analyse densitométrique permet de détecter l’ostéoporose efficacement.

    Responsable d’une fracture toutes les vingt secondes dans le monde, elle frappe surtout les femmes. Nos conseils pour la prévenir... ou la freiner.