Sur le plateau de CNews, Pascal Praud pète les plombs en direct: «On est chez les mabouls» (vidéos)

Pascal Praud pète un câble sur CNews.
Pascal Praud pète un câble sur CNews. - Capture d’écran - Twitter

Pascal Praud est un homme habitué aux controverses et aux échanges houleux. Ce vendredi 20 septembre, le moins que l’on puisse dire, c’est que l’homme de télévision français a eu sa dose dans « L’Heure des Pros », l’émission de débat diffusée sur CNews et qu’il présente. Au menu du jour : le procès de la France insoumise et la chute de Jean-Luc Mélenchon dans un sondage paru ce jeudi 19 septembre. Sur le plateau, des soutiens du politicien français : l’avocate Caroline Mécary et l’ancienne candidate de la FI, Julie Garnier.

Résultat : un véritable brouhaha s’est emparé du plateau, rendant le contenu des échanges difficilement audibles pour les téléspectateurs. Ce qui a passablement agacé Pascal Praud, qui l’a fait savoir à ses invités du jour : « Qu’on m’apporte mon sifflet », a-t-il commencé par dire alors que le clash prenait de l’ampleur entre les gens présents à l’antenne, en direct. « Au coin ! », a-t-il sifflé en direction de Caroline Mécary, visiblement difficile à tempérer. « C’est impossible, on est chez les mabouls ! Comment voulez-vous qu’on s’entende ?! Vous êtes cinq à parler ensemble ! », finit-il par lâcher.

« Minable ! Minable ! »

Et ça ne s’arrête bien sûr pas là. Caroline Mécary récidive, interrompant à nouveau un invité. Pascal Praud s’emporte : « Mais enfin, c’est insupportable votre attitude ! Ça va pas ! Mais c’est juste insupportable, arrêtez ! Moi je ne peux plus animer une émission de télévision ! » L’avocate, soutien de la France insoumise propose « une camomille » pour calmer Pascal Praud, running gag qui fait référence aux propos que tiennent Jean-Luc Mélenchon et l’avocat Éric Dupont-Moretti qui, dans la presse, se suggèrent l’un l’autre une camomille pour se détendre. Julie Garnier surenchérit : « Annulez le café ! ». À noter que cette dernière finira par quitter le plateau, exaspérée.

« On ne peut pas s’écouter ! Dès que vous êtes là, on ne peut pas faire un début serein ! Alors, il ne faut plus venir ! (…) Votre attitude à toutes les deux est minable, minable ! », lâche-t-il aux deux soutiens de la France insoumise, alors que lui ne souhaite qu’une chose, « prendre de la légèreté pour faire circuler la parole ». Finalement, la tension a chuté d’un cran. Et les téléspectateurs ont même pu voir Pascal Praud s’excuse : « Quand on s’énerve, on a toujours tort. Moi, le premier. Donc, je regrette de m’énerver ». Avant de conclure : « C’était une émission un peu… voilà… C’est vendredi, on va passer un bon week-end ! » Avec une camomille, donc ?

 
  • Vaticangate: les ennemis du pape

    BelgaImage

    Des ultraconservateurs ont déclaré la guerre à François et œuvrent en coulisses pour manipuler le choix de son futur successeur…

Signé duBus
Signé Stéphane Bern