Deux chercheurs de métaux condamnés pour avoir dissimulé un trésor viking

Belgaimage
Belgaimage

Layton Davies, 51 ans, et George Powell, 38 ans, se sont vus reprocher de ne pas avoir déclaré leur précieuse découverte, comme l’exige la loi, lorsqu’ils ont déterré en juin 2015 un trésor vieux de 1.100 ans. Ils ont été condamnés respectivement à 8 ans et demi et 10 ans de prison. Le tribunal de Worcester (à la frontière entre l’Angleterre et le pays de Galles) a estimé qu’ils avaient « trompé non seulement le propriétaire » de la parcelle, mais aussi « le public » en le privant par ce vol « d’un trésor qui appartient à la Nation ». Les objets, pour la plupart anglo-saxons mais typiques d’une tombe viking, avaient été trouvés dans des terres agricoles du Hereforshire (ouest du Royaume-Uni).

Belgaimage
Belgaimage

Belgaimage
Belgaimage

Parmi les éléments les plus précieux, on trouve un anneau en or du IXe siècle, un lingot d’argent, un pendentif en cristal du Ve siècle et plus de 300 pièces, dont certaines datent du règne d’Alfred le Grand. Cinq pièces pourraient valoir jusqu’à 50.000 livres chacune (58.200 euros) : il s’agit de pièces de deux centimes extrêmement rares, appelées « penny aux Deux empereurs » car y figurent le roi Alfred le Grand et Ceolwulf II, un monarque moins connu.

Belgaimage
Belgaimage

Le tribunal a déploré que seules 31 pièces ont été retrouvées, alors que des photos prises au moment de la découverte, dénichées par la police sur le téléphone des suspects, montraient un butin bien plus conséquent. L’ensemble des objets récupérés à ce jour, pour l’instant conservés au British museum, est évalué à 581.000 livres (677.000 euros). Le reste, « probablement caché dans un ou plusieurs endroits », selon le procureur, devrait valoir « plusieurs millions ».

Belgaimage
Belgaimage

 
  • Bastogne 1944: le terrible Noël

    I-Open_CobraKing_USARMY

    Le char du first-lieutenant Boggess est le premier à avoir brisé l’encerclement de Bastogne, rejoignant, le 26 décembre 1944, les troupes américaines assiégées. Retour sur un exploit autant militaire qu’humain.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern