Le témoignage vibrant de Sandrine Bonnaire, victime de violences conjugales: «Je suis restée paralysée un mois et demi» (vidéos)

Sandrine Bonnaire lors de la marche #NousToutes, à Paris le 23 novembre dernier. Une manifestation contre les violences faites aux femmes.
Sandrine Bonnaire lors de la marche #NousToutes, à Paris le 23 novembre dernier. Une manifestation contre les violences faites aux femmes. - BelgaImage

Le témoignage est fort, puissant. Terrifiant aussi. Sandrine Bonnaire s’est livrée au sujet de son passé de femme battue. Elle a témoigné au micro de l’émission de TMC « Quotidien » qui réalisait un reportage au cœur de la marche #NousToutes qui a eu lieu à Paris ce samedi 23 novembre. Les faits remontent à 20 ans, lorsque l’homme avec qui elle partageait sa vie depuis quatre années s’est montré extrêmement violent lors d’une dispute.

Les coups ont plu. Sandrine Bonnaire a aussi été étranglée : « Je suis tombée dans les pommes ». Elle raconte la suite, n’épargnant pas les détails : « Je me suis retrouvée deux mètres plus loin, avec le visage complètement de travers, la langue en lambeau, avec huit dents de cassées (…) Quand je me suis réveillée, j’ai craché plein de morceaux de dents, du sang ». L’actrice ne comprend pas tout de suite qu’elle a été battue : à son réveil, l’homme s’occupe même d’elle en lui tendant une serviette éponge et la convainc qu’elle a fait une mauvaise chute.

35.000 euros de frais de soins dentaires

« Je lui ai dit ‘Qu’est-ce que tu m’as fait ?’, et il m’a dit que j’étais tombée. Comme il m’avait strangulée et que j’étais tombée dans les pommes, je l’ai cru », note la comédienne. C’est finalement une visite chez le médecin qui lui fait prendre conscience de ce qu’il s’est vraiment passé. Le personnel médical assure à Sandrine Bonnaire qu’elle a été frappée. Dans la foulée, elle va alors porter plainte, réflexe salutaire.

Résultat, « la personne en question a pris deux ans de sursis, seulement ». « Avec une condamnation financière importante puisque j’avais 35.000 euros de frais de soins dentaires », pointe l’actrice pour Quotidien, comme le note BFMTV. Cette histoire « traumatisante », Sandrine Bonnaire l’a à nouveau racontée sur France 24 ce lundi 25 novembre.

« J’ai dû la calmer »

Si elle en parle sur les plateaux télé, ce n’est pas pour rien. L’actrice appelle les victimes de violences conjugales à ne pas rester dans la spirale de la violence et à aller porter plainte. « C’est indispensable », tonne-t-elle. Sur le plateau, elle est donc à nouveau revenue sur son expérience personnelle, livrant d’autres informations :

« J’ai été opérée en urgence, j’ai demandé à cet homme de quitter mon domicile. Je suis restée paralysée pendant un moins et demi, avec toute la mâchoire attachée, je devais voir le chirurgien toutes les semaines ».

Tout ça à cause d’un homme violent. Un homme qui, par ailleurs, a nié les faits. Pour se défendre, la seule chose qu’il aura eue à dire était la suivante : « Elle était hystérique, j’ai dû la calmer ». Bref, « un argument d’homme terrible », synthétise parfaitement Sandrine Bonnaire dont le témoignage mérite d’être entendu.

 
  • Bastogne 1944: le terrible Noël

    I-Open_CobraKing_USARMY

    Le char du first-lieutenant Boggess est le premier à avoir brisé l’encerclement de Bastogne, rejoignant, le 26 décembre 1944, les troupes américaines assiégées. Retour sur un exploit autant militaire qu’humain.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern