Au Cambodge, un restaurant fait salle comble avec ses insectes cuisinés (photos)

Manger des insectes est fréquent dans le royaume, mais ils sont en général servis dans des petits stands de rue, frits, agrémentés d’une simple sauce.

Installé depuis cinq ans à Siem Reap, à proximité du célèbre site d’Angkor, le « Bug Café » (Café Punaise) propose, lui, une cuisine gastronomique.

« Nous voulons montrer qu’il est possible de préparer des aliments de qualité avec des insectes », explique à l’AFP Davy Blouzard, l’un des cofondateurs.

Originaire de Mâcon (centre-est de la France), il a élaboré les recettes avec son cousin et un chef cambodgien, Seiha Soen.

Fourmis volantes servies avec des tranches de goyave, du parmesan et une vinaigrette au miel ; crème de patates douces aux larves d’abeille ; galette de purée de fourmis, d’abeilles et de grillon couronnée de fromage et de cornichons ; cheesecake aux criquets : avec cette formule singulière, les deux Français veulent aussi faire passer un message.

Les insectes sont une source de protéines bon marché et pourraient, selon eux, permettre de diminuer la consommation record de viande qui a un impact majeur sur le réchauffement climatique et la déforestation.

« Pour la même quantité d’énergie que les insectes vous apporteront, vous aurez besoin de moins d’eau, moins d’espace et vous aurez moins d’émissions de gaz à effet de serre », souligne Davy Blouzard, dont la clientèle est composée en très grande majorité de touristes venus des quatre coins du monde.

« Ce n’est pas le genre de plats que tu as quand tu rentres à la maison », sourit Joshua Bean, un Britannique qui s’apprête à déguster un wok de criquets et de vers à soie.

 
  • Bastogne 1944: le terrible Noël

    I-Open_CobraKing_USARMY

    Le char du first-lieutenant Boggess est le premier à avoir brisé l’encerclement de Bastogne, rejoignant, le 26 décembre 1944, les troupes américaines assiégées. Retour sur un exploit autant militaire qu’humain.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern