Racheter un zoo pour «libérer les animaux sauvages»: le pari fou soutenu par Hugo Clément et Stéphane Bern (vidéo)

Capture d’écran - Facebook
Capture d’écran - Facebook

« Je compte sur vous », « Un beau cadeau de Noël » ou encore « MOBILISATION GÉNÉRALE » : pour réussir son pari, Hugo Clément fait appel à sa communauté. Il faut dire que sur les réseaux sociaux, le journaliste opérant pour France 2 via l’émission « Sur le front » est très suivi. Précédemment, il avait réussi à mobiliser les foules pour « acheter un terrain de chasse et le transformer en réserve ». Cette fois, le reporter engagé pour la planète entend aller encore plus loin et lance un appel aux dons pour racheter le zoo de Pont-Scorf, dans le Morbihan. Un zoo récemment mis en vente, comme le reprend BFMTV.

Ceci n’est pas le projet d’Hugo Clément mais bien celui de l’association Rewild, soutenu par le journaliste mais également par une autre personnalité bien connue du Soir mag, l’animateur français Stéphane Bern. Le but de l’association : récolter suffisamment d’argent que pour pouvoir racheter le zoo et libérer ainsi les animaux qui peuplent pour l’instant le parc animalier. « Objectif : transformer ce lieu de captivité en centre de réhabilitation de la faune sauvage. Ce serait une première dans notre pays », écrit Hugo Clément sur Facebook.

600.000 euros à récolter en cinq mois

Pour alerter sa communauté, Hugo Clément a accompagné l’association Rewild et a payé une visite au zoo dans le cadre d’un reportage partagé sur les réseaux sociaux et pour le compte de l’émission « Sur le front ». On y croise une panthère des neiges, une girafe, des loups, des lions et autres éléphants. « Les animaux actuellement détenus seront remis en liberté dans leur milieu naturel après un programme de réadaptation ou envoyés dans des sanctuaires dans leurs pays d’origine, lorsqu’une remise en liberté n’est pas envisageable », explique le journaliste passé par « Quotidien » et « Konbini ».

Pour réussir son pari, l’association espère récolter 600.000 euros dans les cinq prochains mois. « Cela paraît énorme, mais ensemble on peut y arriver », souffle Hugo Clément. « Avec Hugo Clément, soutenons cette belle initiative », écrit de son côté Stéphane Bern sur Twitter, multipliant les partages en référence à la cagnotte lancée sur le site de financement participatif GoFundMe. « Une fois les enclos libérés, ils serviront de plateforme transitoire pour d’autres animaux sauvages saisis par la justice, qui n’ont aujourd’hui nulle part où aller. Ces animaux, eux aussi, seront relâchés si possible », poursuit le journaliste de « Sur le front ». La cagnotte est à retrouver ici. Pour l’heure, 80.000 euros ont déjà été récoltés.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern