Disparitions des Vikings du Groenland: victimes d’avoir trop chassé le morse?

BelgaImage
BelgaImage

L’île a été colonisée il y a au moins 3.000 ans par le peuple inuit de l’Arctique qui a été contraint de partir probablement en raison des conditions climatiques rigoureuses. Ensuite est arrivé le Viking norvégien Erik le Rouge, considéré à tort comme le fondateur de la première colonie du Groenland vers le 11e siècle. L’occupation Viking a alors duré jusqu’au 15e siècle environ avant de cesser dans des conditions qui restent encore mystérieuses.

L’une des explications souvent avancées serait que le Groenland, comme le reste de l’Europe du Nord, traversait la période dite du « Petit âge glaciaire » et que les Nordiques sont partis pour trouver des terres plus clémentes. Mais selon une équipe de chercheur, « la surexploitation des populations de morses » pour l’ivoire de leurs défenses pourrait également avoir joué un rôle.

Chute du prix de l’ivoire ?

En analysant de nombreux objets médiévaux, les chercheurs ont mis en évidence que « pendant longtemps, quasiment tout l’ivoire commercialisé en Europe provenait de morses chassés dans des mers exclusivement accessibles depuis les colonies scandinaves du sud-ouest du Groenland ». « Les Scandinaves du Groenland avaient besoin de commercer avec l’Europe pour le fer et le bois, et n’avaient pratiquement que les produits issus des morses à échanger », explique James Barrett de l’université de Cambridge et coauteur de l’étude dans un communiqué.

Mais selon les chercheurs, au fil des siècles, l’ivoire s’est mis à provenir d’animaux plus petits et de plus en plus souvent de femelles. De plus, « des preuves génétiques et archéologiques suggèrent que les morses provenaient de régions de plus en plus septentrionales ». Puis au XIIIe siècle, l’ivoire d’éléphant a inondé les marchés européens, entraînant une chute du prix de l’ivoire de morse et obligeant les Vikings à intensifier leur chasse pour maintenir la viabilité économique des colonies du Groenland. « Si à la fois, la population des morses et les prix de leur ivoire ont commencé à chuter, cela a dû sérieusement compromettre la résistance des colonies », déclare Bastiaan Star de l’Université d’Oslo, coauteur de l’étude.

 
  • Verviers: la peur du lendemain

    La Vesdre coule paisiblement. Les débris qui la bordent rappellent le traumatisme vécu une semaine plus tôt.

    Dévastée par la Vesdre, l’ancienne cité lainière pleure ses morts, compte ses sinistrés et se prépare aux crises à venir.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern