«12 coups de midi»: Jean-Luc Reichmann dénonce une arnaque liée à l’émission de TF1 (vidéo)

BelgaImage
BelgaImage

Gare aux arnaques sur les réseaux sociaux ! Un proche de Jean-Luc Reichmann, conseiller en communication au demeurant, a été approché par un internaute qui a tenté de se jouer de sa crédulité. Pas de chance pour lui, il ne savait pas qu’Hervé Pouchol connaissait personnellement l’animateur de TF1 et ne se laisserait pas duper :

« Samedi, vers midi, j’ai eu un certain Jean-Luc Reichmann qui s’abonne à mon compte Twitter. Le problème, c’est que je l’ai déjà en ami, le vrai, sur mon compte Twitter. »

Hervé Pouchol poursuit l’explication : « Bien entendu, je flaire l’arnaque. Et ce monsieur se présente en me disant : ‘Je suis ravi de faire votre connaissance’, alors que ça fait 20 ans que je connais Jean-Luc Reichmann. Au bout d’un moment, il me dit : ‘Est-ce que vous voulez participer à mon émission sur TF1 ?’ Il me dit alors qu’il va falloir payer 100 euros ! »

Méfiance

Une tentative d’arnaque déjouée par le conseiller en communication. Mais il est possible que cet homme ne soit pas le seul à avoir été approché par cet internaute malhonnête. Pour éviter toute méprise, Jean-Luc Reichmann a lui-même pris la parole à ce sujet sur RTL ce lundi 6 janvier, comme l’épingle BFMTV  :

« Il y a des comptes certifiés avec le petit point bleu. Et c’est bel et bien moi qui suis derrière tous mes réseaux sociaux, Facebook, Twitter ou Instagram. Pour participer à notre émission et gagner des centaines de milliers d’euros, il faut s’inscrire, mais c’est totalement gratuit ! »

Pour participer à un jeu télévisé, « on ne paie jamais », promet Julien Courbet à l’antenne. « Cela n’existe pas » ! En gros, méfiez-vous donc sur les réseaux sociaux de ces faux profils qui tentent de vous soutirer de l’argent.

 
  • Verviers: la peur du lendemain

    La Vesdre coule paisiblement. Les débris qui la bordent rappellent le traumatisme vécu une semaine plus tôt.

    Dévastée par la Vesdre, l’ancienne cité lainière pleure ses morts, compte ses sinistrés et se prépare aux crises à venir.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern