Mark Hamill (Luke Skywalker) condamne les actes de Facebook et se désinscrit

Mark Hamill (Luke Skywalker) condamne les actes de Facebook et se désinscrit
BelgaImage

Le jedi a décidé de se rebeller et il le fait savoir. Ce 12 janvier 2020, Mark Hamill (alias Luke Skywalker dans « Star Wars ») a mis les pieds dans le plat et s’en prend directement à Mark Zuckerberg. Dans un message sur Twitter, il critique la décision de celui-ci d’autoriser que des publicités politiques, même si elles sont mensongères, apparaissent sur son réseau social. En signe de protestation, il s’est tout simplement retiré de la plateforme.

« Je dormirai mieux la nuit »

« Tellement déçu que Mark Zuckerberg privilégie le profit plutôt que la vérité que j’ai décidé de supprimer mon compte Facebook. Je sais que c’est un grand “On s’en fout” pour le monde entier, mais je dormirai mieux la nuit », écrit Mark Hamill qui termine sur un hashtag « Patriotisme au-dessus des profits ».

Cette déclaration suit la démarche entamée par d’autres personnalités, dont l’acteur Sacha Baron Cohen. Elle arrive quelques jours après que Facebook ait précisé sa position sur les publicités politiques. « Nous basons nos principes sur le fait que les gens puissent entendre ceux qui ont vocation à les diriger, le bon grain comme l’ivraie, et que ce qu’ils ont à dire soit passé au crible et débattu en public », déclare le directeur produits du site, Rob Leathern, le jeudi 9 janvier.

Les accusations d’inaction envers Facebook pendant diverses élections ont amené Mark Zuckerberg à réagir face aux « fake news ». L’affaire Cambridge Analytica a, elle aussi, fait bouger les lignes. Mais au jour d’aujourd’hui, les résultats sont contestables. En l’occurrence, Twitter s’est fait plus actif en la matière en revendiquant une politique plus répressive sur cette problématique.

 
  • Enquête: les anti-vaccins en Belgique

    BelgaImage

    Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Sont-ils dangereux pour la santé publique ? Plongée dans cette nébuleuse anti-vaccins qui se fait de plus en plus entendre en Belgique grâce à la crise du coronavirus. Enquête réalisée avec le soutien du Fonds pour le journalisme en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern