Sterling K. Brown («This Is Us») en larmes en découvrant l’origine de ses ancêtres esclaves (vidéo)

Sterling K. Brown («This Is Us») en larmes en découvrant l’origine de ses ancêtres esclaves (vidéo)
Capture d’écran Youtube

Ce sont des larmes qui en disent long. Sterling K. Brown, connu pour sa participation à « This is Us » et « Black Panther », a voulu participer à une émission américaine tâchant de se plonger dans l’histoire familiale des participants. Lorsque le présentateur, Henry Louis Gates Jr, lui présente un document de la plus haute importance pour lui, l’acteur est submergé par l’émotion.

Une histoire difficile à reconstituer

Gates lui demande d’abord de regarder un détail à propos de la famille d’un de ses ancêtres du côté paternel : « Sterling, est-ce que vous pouvez regarder où ses parents sont nés ? ». Ce qui est écrit est bref mais de la plus haute importance, d’où les larmes qui apparaissent immédiatement. « Lieu de naissance du père : Afrique. Lieu de naissance de la mère : Afrique ».

L’acteur remarque tout de suite que l’imprécision du lieu n’est pas anodine. « Vous savez ce que cela signifie », lui dit Gates. « Je viens de comprendre. Ils étaient des esclaves », répond l’acteur qui découvre aussi le nom de l’homme qui a asservi ses ancêtres.

L’histoire de Brown est à l’image de nombreux Afro-Américains qui ont des difficultés à en savoir plus sur leurs origines familiales. C'est ce que pointe Gates qui note que l'esclavage a brisé les liens familiaux et rendu le suivi généalogique dans l'état civil presque impossible.

« Vous savez qu'en théorie, vous venez de quelque part. Mais maintenant, vous le savez, parce que vous avez des vraies personnes, avec des vrais noms et de vrais lieux de naissance. C'est surréaliste de voir ça », explique Brown. Cela lui tient d’autant plus à cœur que l’histoire de son père, décédé lorsqu’il avait dix ans, et de sa famille demeurait jusqu’à présent un mystère.

 
  • Verviers: la peur du lendemain

    La Vesdre coule paisiblement. Les débris qui la bordent rappellent le traumatisme vécu une semaine plus tôt.

    Dévastée par la Vesdre, l’ancienne cité lainière pleure ses morts, compte ses sinistrés et se prépare aux crises à venir.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern