Affaire conclue: ces objets bannis par la production de l’émission de France 2

BelgaImage
BelgaImage

« Affaire conclue », c’est 1.500 objets présentés chaque année sur le plateau de tournage. Un nombre impressionnant qui laisse imaginer le travail considérable de la production de l’émission qui prépare ce rendez-vous quotidien. Jusqu’à quinze personnes travaillent d’arrache-pied pour analyser les pièces potentielles à montrer aux acheteurs : les casteurs voient entre 15.000 et 20.000 objets par an. Après une présélection, le chiffre n’est plus que de 4.000.

Suivre la législation

Et certains objets ne passent pas la première étape. Non pas parce qu’ils ne convainquent pas les casteurs mais plutôt parce qu’ils ne coïncident pas avec l’image bienveillante que véhicule l’émission de France 2, également diffusée sur la RTBF. Le programme, présenté par Sophie Davant, doit ainsi commencer par suivre la loi. Ainsi, les objets contenant de l’ivoire sont étudiés avec attention, comme l’explique le producteur d’« Affaire conclue », Thomas Burnichon, à TV Mag  :

« Il y a une législation restrictive sur l’ivoire, donc on fait attention aux objets qui en contiennent ».

Les équipes de l’émission font aussi très attention aux objets qui pourraient susciter la polémique, comme le mentionne le Figaro : « Puis il y a les articles liés à des propagandes. Récemment, j’ai aussi refusé un objet qui s’apparentait à quelque chose qui aide à fumer. Donc on évite ce genre de choses, mais on n’est pas fermé sur les objets. Au contraire, on a envie d’être surpris ». La production essaie ainsi d’« aller vers des choses un peu nouvelles et différentes ».

Poignard SS, c’est non !

Les objets sont soit directement proposés par des candidats volontaires, soit débusqués sur les sites de ventes aux enchères sur internet par les équipes de l’émission. Reste alors à convaincre les vendeurs de participer au programme de France 2. Ce qui est sûr, c’est que certains objets n’ont pas leur place dans l’émission présentée par Sophie Davant, comme le révélait Télé-Loisirs.

Ainsi, des objets « nazis » ont déjà été proposés aux casteurs d’« Affaire conclue ». Ces pièces ont été immédiatement refusées. Le poignard d’un officier SS a par exemple été banni du programme. En acceptant de vendre ce type d’objet, « Affaire conclue » tomberait sous le coup de la loi. Et s’attirerait les foudres, forcément et à raison, de centaines de milliers de téléspectateurs.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern