«You» sur Netflix: quand Penn Badgley montre à quel point il passe facilement du charmant au terrifiant (vidéo)

Capture d’écran - YouTube
Capture d’écran - YouTube

Ce vendredi 24 janvier, Penn Badgley était sur le plateau de « The Late Show with Stephen Colbert ». Il a notamment parlé de la saison 2 de la série Netflix « You », dans laquelle il interprète Joe Goldberg, un fan de littérature qui révèle également un côté bien plus sombre, bien plus meurtrier.

Il y a donc d’un côté le personnage attachant et plein d’amour, de l’autre côté le sociopathe qui n’hésite pas à ôter la vie de la personne qui croisera sa route au mauvais moment. Et ce qui impressionne, c’est le jeu de l’acteur américain qui passe aisément du rôle de charmeur au rôle de meurtrier. Son visage en dit alors long.

« Je n’ai juste rien fait »

Sur le plateau de CBS, Penn Badgley a révélé les secrets de son jeu d’acteur, comme l’épingle le Huffington Post  : « Au risque de vous choquer, c’est très simple. Mais ça ne veut pas dire que c’est facile ». L’acteur joue sur les mots et explique d’où vient le malaise qu’il parvient à créer. Lors d’un shooting de promotion, sa partenaire de jeu Elizabeth Lail (qui jouait Beck dans la saison 1) était en t-shirt et culotte, allongée sur un lit. Lui était tout habillé, avec un coupe-vent et une casquette.

La seule chose qu’il a alors faite : la fixer. « L’équipe tout entière, derrière la caméra, a lâché : ‘C’est phénoménal. C’est si terrifiant’. Alors que je n’avais juste rien fait… », dit-il à Stephen Colbert. Voilà donc le secret de la réussite. L’animateur du late show a alors demandé à l’acteur de montrer au public comment il faisait pour modifier à ce point ses émotions, en quelques instants. Et il s’est exécuté.

 
  • Serge Lama tire sa révérence: «Je suis usé»

    Belgaimage

    Exclusif : le chanteur « sent » le poids de ses 55 ans de carrière. Il a dû reporter une tournée d’adieu en province à cause du Covid. Sa jambe le fait souffrir. Mais l’amour (de la chanson) reste la grande affaire de sa vie. De notre envoyé spécial à Paris !

Signé duBus
Signé Stéphane Bern