Le bad buzz de Nicolas Bedos après une «blague» sur le coronavirus

Belgaimage
Belgaimage

Ce dimanche, Nicolas Bedos a partagé une story jugée raciste sur son compte Instagram. En effet, alors qu’il profitait de la piscine de son hôtel à l’étranger « loin de Paris et des risques d’épidémies », il a inventé une conversation entre deux touristes asiatiques qui se baignaient également. Après avoir imaginé qu’ils étaient atteints par le coronavirus, sans connaître leur origine, l’acteur et réalisateur les a photographiés au bar en supposant qu’ils avaient commandé deux Corona.

S’il voulait que la vidéo soit humoristique, Nicolas Bedos a toutefois anticipé les réactions outrées en écrivant également : « Je demande pardon pour cette vanne dominicale dont les ressorts peuvent être perçus comme stigmatisants à l’égard de la population asiatique. Dans un monde policé, ne jamais oublier de s’excuser  ».

Malgré les « excuses » anticipées accompagnant la story et sa vocation humoristique, celle-ci n’a pas fait rire les internautes. Sur Twitter, nombreux sont ceux à avoir accusé Nicolas Bedos de racisme, alors que l’apparition du virus a justement provoqué de nombreuses réactions disproportionnées ou inappropriées envers les personnes d’origine asiatique. Le hashtag #JeNeSuisPasUnVirus a d’ailleurs été lancé sur les réseaux sociaux pour lutter contre les préjugés anti-asiatiques en forte augmentation depuis le début de l’épidémie du coronavirus. C’est ce qui s’appelle un bad buzz.

 
  • Le prince Laurent bientôt indemnisé

    L’obstination de Laurent devrait finir par payer. Le Prince est dans son droit. C’est au monde politique de suivre.

    Reconnu dans ses droits à cinq reprises par la justice dans son procès contre la Libye, le frère du Roi se bat depuis 2014 pour récupérer les 48 millions d’euros dus. Le dossier doit se débloquer ce vendredi 22.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • Voltaire, un jeune intenable!

    Ouverture (RTBF)

    Thomas Solivérès incarne le philosophe au début de sa vie. Très tôt celui qui brigue la gloire, les femmes et l’argent bouscule les conventions, en maître de la pensée.