Nouvelle déception pour la reine Elizabeth II: l’un de ses petits-fils, Peter Phillips, va divorcer

Nouvel épisode dans la saga mouvementée de la famille royale britannique : le petit-fils de la reine Elizabeth, Peter Phillips, et sa femme Autumn se sont séparés et vont divorcer, a annoncé mardi le Palais. Peter Phillips, 42 ans, le petit-fils le plus âgé de la Reine, et sa femme canadienne Autumn partageront la garde de leurs deux filles et demeureront tous les deux à Gloucestershire, dans le sud-ouest de l’Angleterre, a précisé le porte-parole.

L’annonce de ce divorce survient quelques semaines après le coup de tonnerre du Megxit, qui a vu le Prince Harry, cousin de Peter Phillips, et sa femme Meghan Markle, renoncer à leur statut au sein de la monarchie britannique, et s’installer au Canada. Il fait également suite à la disgrâce du Prince Andrew, le deuxième fils de la Reine, qui a dû se mettre en retrait de la vie publique en raison de ses liens avec le défunt financier américain Jeffrey Epstein, accusé d’avoir exploité sexuellement des jeunes filles mineures des années durant et qui s’est suicidé en prison.

Peter Phillips, le plus âgé des huit petits-enfants de la Reine, est le fils de la Princesse Anne et de son premier mari Mark Phillips. Il n’a pas de titre et n’a jamais représenté la famille royale.

« La décision de divorcer et de partager la garde des enfants a été prise après des mois de discussions, et d’un commun accord  », a précisé le porte-parole, indiquant que la Reine avait été prévenue l’année dernière. « La priorité du couple reste le bien-être de leurs deux merveilleuses filles  », a-t-il ajouté. Peter et Autumn s’étaient rencontrés en 2003 à l’occasion du Grand Prix de Montréal et s’étaient mariés en 2008 au château de Windsor.

La rédaction avec AFP

 
  • Enquête: les anti-vaccins en Belgique

    BelgaImage

    Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Sont-ils dangereux pour la santé publique ? Plongée dans cette nébuleuse anti-vaccins qui se fait de plus en plus entendre en Belgique grâce à la crise du coronavirus. Enquête réalisée avec le soutien du Fonds pour le journalisme en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern