Kate Middleton se confie sur sa «culpabilité de maman» et son utilisation de l’hypnonaissance

Kate Middleton se confie sur sa «culpabilité de maman» et son utilisation de l’hypnonaissance
BelgaImage

Il est rare d’entendre un membre de la famille royale britannique se livrer autant sur des sujets si personnels. Dans un podcast de « Happy Mum, Happy Baby », elle a répondu aux questions de l’animatrice Giovanna Fletcher, s’exprimant parfois sur des sujets très intimes. Pendant près de 40 minutes, la duchesse de Cambridge s’est confiée sur son rôle de mère. Objectif : sensibiliser le grand public sur l’importance d’être de bons parents.

Le souvenir de sa grand-mère pour l’aider dans son rôle de mère

Sans mettre de filtre à ses propos, Kate Middleton se dit « tout le temps » inquiète pour être la meilleure mère possible. « Les mères qui disent ne pas en souffrir mentent », dénonce-t-elle. « Remettre en question vos propres décisions, votre propre avis et toutes ces choses, ça commence dès le moment où vous avez un bébé. J'ai complètement sous-estimé l'impact et le changement que ça a eu sur nos vies ».

Elle avoue aussi avoir un modèle afin d’élever ses enfants : sa grand-mère. « Elle nous consacrait beaucoup de temps, jouait avec nous, nous faisait faire des activités manuelles ou cuisinait avec nous », se souvient-elle. « J'essaye de retranscrire une grande partie de ces moments passés avec elle dans ceux que je passe désormais avec mes enfants ».

L’hypnose pour régler ses problèmes de santé

Mais avant d’élever ses enfants, il a fallu que Kate Middleton résolve un autre problème. La duchesse de Cambridge souffrait en effet de hyperémèse gravidique, autrement dit de violents vomissements qui se manifestent lors de la grossesse. « Je n’étais pas la plus heureuse des femmes enceintes », dit-elle.

En recherche de solutions, elle s’est finalement tournée vers une méthode peu habituelle mais en pleine expansion : l’accouchement sous hypnose, ou hypnonaissance. Encore débattue sur le plan médical, Kate Middleton a utilisé cette technique à plusieurs reprises. « J’ai vraiment vu le pouvoir de la méditation, de la respiration profonde et de ce genre de choses […]. Quand j’étais malade pendant ma grossesse, je me suis rendue compte qu’avec ces petites choses, je pouvais prendre le contrôle pendant l’accouchement ».

Un engagement qui lui tient à cœur

Si la duchesse de Cambridge se confie autant sur ces sujets intimes, ce n’est pas pour rien. Ces derniers jours, elle a lancé une grande enquête sur la petite enfance destinée à encourager le débat sur ce qui permettrait d’élever une génération « heureuse et en bonne santé ». Ce n’est pas non plus par hasard qu’elle a choisi l’émission de Giovanna Fletcher. Cette dernière s’est engagée à apporter sa contribution à cette discussion sur l'éducation des futures générations.

« Quand on regarde qui s’occupe des enfants pendant la période la plus importante de leur vie - de la grossesse jusqu'à l'âge de cinq ans -, on remarque qu’il s’agit des parents et des tuteurs et que ceux-ci jouent un rôle essentiel. D’où l’importance d'écouter les familles, ce à quoi ils aspirent et quels sont leurs défis », précise Kate Middleton au cours de l’interview.

 
  • Belgaimage

    François De Brigode, photographe du confinement

    Le journaliste de la RTBF partage au quotidien un cliché de la situation actuelle.

  • Belgaimage

    Soutenons nos héros: vos messages

    Vous êtes nombreux à avoir répondu à notre appel de soutien envers tous les héros du quotidien pendant ce confinement. Voici une sélection de vos encouragements précieux. Merci à vous tous !

  • Dominique Strauss Kahn and Myriam L Aouffir attend the 16th Marrakech International Film Festival. Marrakech, Morocco - 05/12/2016//COLLET_0005-111/Credit:GUILLAUME COLLET/SIPA/1612060209 *** local caption *** 00784161

    Le retour gagnant de DSK

    Neuf ans après l’affaire du Sofitel, Dominique Strauss-Kahn s’est refait une santé. Aussi discret dans les médias qu’actif dans les affaires…

Signé duBus
Signé Stéphane Bern