«Qui veut gagner des millions?»: quand Alessandra Sublet appelle en joker son ex-mari confiné avec elle (vidéo)

Capture d’écran - Twitter
Capture d’écran - Twitter

Alessandra Sublet pêche sur une question « huiles essentielles ». Elle ne se décide pas entre les différentes propositions et décide d’avoir recours au joker dit de « l’appel à un ami ». Quotidiennement, TF1 diffuse « Qui veut gagner des millions à la maison ? », avec Camille Combal à la présentation. Les sommes gagnées par les célébrités qui se prêtent au jeu sont reversées à la fondation Hôpitaux de France – Hôpitaux de Paris, pour leur lutte contre le coronavirus.

Alessandra Sublet fait donc appel à un ami, qui n’est autre que Clément, son ex-mari qui… est confiné avec elle et leurs enfants communs ! « Je propose qu’on appelle mon ami… Clément, mon ex-mari avec qui je partage le confinement », envoie l’animatrice française, provoquant le rire de Camille Combal. L’animateur de TF1 reprend la main : « Alors, pour les enfants, vous vous êtes mis tous ensemble dans la maison. Alors moi je savais, mais je ne voulais pas le dire (…) Tu veux qu’on l’appelle alors qu’il est à côté ? ».

« Le pauvre, il se fait engueuler »

Le coup de fil est lancé. Clément est quelques étages plus bas. Camille Combat attaque quand l’ex-mari décroche : « Je te présente Alessandra Sublet qui doit être dans son grenier (…) On a besoin de Clément, l’ex-mari, donc on t’appelle à deux étages de différence ». Alessandra Sublet lui pose la question, et balance « mais regarde sur Google » un rien trop tard.

« Le pauvre, on l’appelle, c’est son ex-mari, il est confiné avec son ex-épouse. Il est en bas dans la maison, il demande rien (…) il a un coup de fil, on lui parle huiles essentielles (…) il répond menthe poivrée et il se fait engueuler », plaisante Camille Combal. Toujours est-il qu’en indiquant « menthe poivrée » comme réponse, Clément a aidé son ex-épouse qui a fini par gagner 1.000 euros pour l’association, échouant de juste avant le palier des 12.000 euros.

 
  • Verviers: la peur du lendemain

    La Vesdre coule paisiblement. Les débris qui la bordent rappellent le traumatisme vécu une semaine plus tôt.

    Dévastée par la Vesdre, l’ancienne cité lainière pleure ses morts, compte ses sinistrés et se prépare aux crises à venir.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern