« C’est du papier à cigarette », Laurence dénonce la qualité des masques qu’elle a achetés au supermarché (vidéo)

Photo prétexte
Photo prétexte - BELGAIMAGE

C’est rassurée que Laurence a déposé sa boîte de masques jetables sur le tapis roulant d’une caisse de supermarchés. En ayant déboursé une trentaine d’euros pour 50 masques, Laurence se sent protégée à « moindre » coûts.

Mais qu’elle ne fut pas sa surprise en découvrant, une fois de retour chez elle, la qualité de ces fameux masques : « C’est du papier à cigarettes. Je ne sais pas si vous voyez, on voit vraiment au travers, ça ne ressemble à rien », confie-t-elle à RTL Info.

Sur l’emballage, on lit pourtant que ces masques sont bien des masques chirurgicaux. Après avoir effectué quelques recherches cependant, Laurence apprend qu’il ne s’agit en réalité que de masques anti-poussières. « J’ai fait une petite recherche sur internet, puis j’ai trouvé que c’étaient des masques anti-poussières et non chirurgicaux, qui pouvaient protéger contre un microbe quelconque. C’est scandaleux. Nous sommes une fois de plus pris pour des pigeons. »

Pour reconnaître un masque de qualité, le consommateur devra être attentif à une série de critères cités sur le site de RTL info :

– Qu’ils soient de deux couleurs, afin de pouvoir connaître l’intérieur et l’extérieur, quand on le pose et qu’on le met sur le visage.

– Il faut également vérifier qu’il y ait la petite bandelette métallique, qui permet d’ajuster correctement le masque sur le nez.

– L’épaisseur du masque est également importante

 
  • Johnny Hallyday et Catherine Deneuve: une folle passion cachée

    Catherine Deneuve et Johnny Hallyday en 1962.

    Un pacte d’amour secret et préservé : « Qu’est-ce qu’elle a de tellement exceptionnel Catherine Deneuve ? Elle a ce que les autres n’ont pas ». Voilà ce que répondait Johnny à son ami Gilles Lhote à propos de sa mystérieuse « Lady Lucille ».

Signé duBus
Signé Stéphane Bern